Archive for the tag 'Ferrailles'

BIR à Miami: bilan ferrailles

17 juin 2014

La tenue du dernier Congrès du BIR, à Miami, du 1er au 4 juin dernier, a été l’occasion de la publication des statistiques annuelles de l’industrie des ferrailles. Ces statistiques confirment ce que le marché  laissait pressentir. La consommation de ferrailles, dans le monde  (580 000 000 t) a progressé de 1.8 % tandis que la production d’acier augmentait de 3 % à 1 607 000 000 t.

La production de la filière électrique a reculé de 2/10ème de point à 29 % de la production totale d’acier. La consommation de ferrailles a diminué au sein de l’Union Européenne (-4.6 %), en Turquie (-6 %) et en Russie (-3.5 %). Elle a progressé en Chine (+2 %), au Japon (+3.2 %) et en Corée du Sud (+0.3 %). Elle n’a pas connu d’évolution aux Etats-Unis. La proportion de ferrailles consommées par tonne d’acier produite a légèrement diminué. L’activité sur le marché mondial des ferrailles est en repli de 9.5 % à 99 millions de tonnes. 30 % de ces échanges se sont déroulés entre les marchés de l’Union Européenne.

 

Bjorn Grufman, Président du BIR

Le Président du BIR, Bureau International du Recyclage, Bjorn Grufman a fait le bilan de l’année 2013. C’est, selon lui, « la plus mauvaise année » vécue par les entreprises de recyclage à travers le monde depuis longtemps. « La faute est là : mettre au crédit des marchés financiers, responsables de la crise de l’Euro de 2012 qui, engendrant une gigantesque surcapacité de l’industrie sidérurgique, a eu pour conséquence une réduction drastique de production en Europe, notamment. Réduction de production qui a évidemment gravement affecté le marché des matières premières recyclées. La disponibilité de ferrailles s’est réduite en raison du ralentissement de l’activité industrielle tandis que les prix des ferrailles ont baissé en raison de la surcapacité de production d’acier. Aujourd’hui, notre industrie est dans une situation de surcapacité plus grande encore que celle de l’acier ».

L’action Derichebourg poursuit son repli

12 décembre 2011

Oddo vient d’abaisser son objectif de cours sur la valeur Derichebourg à 2,3 euros, contre 2,5 euros auparavant, laissant sa recommandation « Neutre » inchangée.
La banque d’investissement fait remarquer que les « excellents résultats 2010/2011″ publiés le 8 décembre « ne constituent pas un indicateur avancé pour 2011/2012″. Il juge que la visibilité à court terme est réduite et anticipe un recul de près de 30% du résultat opérationnel courant du groupe pour le nouvel exercice. L’action Derichebourg a chuté de 55% depuis le début de l’année!
« Nous abaissons nos prévisions 2012 et 2013 pour intégrer les perspectives d’une dégradation plus prononcée qu’anticipé auparavant de l’environnement économique et de nouvelles hypothèses de prix des métaux et ferrailles », explique la banque. « Sur la base de nos nouvelles prévisions, la situation financière deviendrait à nouveau critique avec des covenants bancaires qui ne seraient plus respectés dès 2012″, a ajouté le spécialiste, dont le point de vue est partagé par d’autres analystes, qui soulignent les difficultés dans lesquelles se retrouverait le groupe si les prix de la ferraille venaient à baisser. « Si l’on devait connaître une situation similaire à celle d’il y a deux ans, le groupe sera très mal, d’autant que sa dette a déjà été restructurée plusieurs fois », a également indiqué un analyste tablant sur un marché de la ferraille difficile en cette fin d’année.

Akros Henschel se positionne sur les pré-broyeurs.

31 mars 2011

Les contraintes environnementales se faisant de plus en plus rigoureuses autour des sites d’exploitation des déchiqueteurs automobiles, l’installation d’un pré-broyeur, en amont de ces machines, est devenue une quasi obligation. Dans ce contexte, AKROS HENSCHEL confirme son positionnement sur ce marché bien particulier.

ZDS-250-800 à limay. Crédit Akros

Si le pré-broyeur permet d’augmenter la productivité ainsi que diminuer la consommation électrique moyenne, il permet surtout de réduire considérablement les explosions des véhicules mal dépollués, des bouteilles de gaz ou autres explosifs non détectés tant redoutées des responsables de sites et surtout de leurs voisins. Le groupe Akros-Henschel propose toute une gamme de machines innovantes:  pré-broyeurs deux axes ou trois axes équipés d’un capot supérieur dont  l’ouverture permet une manutention et une maintenance aisées donc plus régulières. Et ceci est une révolution! Ces avantages majeurs  ont  convaincu plusieurs exploitants français. Le groupe GDE installe trois pré-broyeurs de type ZDS 250-800 (le plus puissant pré-broyeur au monde) sur ses sites de Limay, Montoir de Bretagne et Salaise, tous équipés de puissants déchiqueteurs de 6000 cv. Sur le magnifique site de Limay, pourtant si décrié depuis son ouverture, ce pré-broyeur est en fonctionnement depuis décembre 2010. Brest-Récupération vient de commander le même investissement pour fin 2011. Prés d’Avignon, la société Rossi va équiper aussi son unité broyeur ZZ de 800cv. D’autres sites, sous la pression permanente des services préfectoraux, réfléchissent à un tel équipement.

 

 

  • Technique
  • Commentaires fermés sur Akros Henschel se positionne sur les pré-broyeurs.

Ferrailles: hausses inégales

15 mars 2011

Les catastrophes japonaises auront bien sûr de graves conséquences sur la vie de notre planète. Outre les drames humains, les équilibres économiques déjà fragilisés par les « révolutions arabes », sont une nouvelle fois remis en cause.

Ferrailles E40 / crédit Athos

 

L’ensemble des bourses continuent leur baisse depuis le premier jour de cette catastrophe. Au Japon, l’industrie est fortement pénalisée: Pas une voiture neuve n’est sortie des chaînes de production : Toyota, Honda, Nissan  sont à l’arrêt. Nippon Steel aussi! Sur le marché des ferrailles, le pays du soleil levant est un acteur majeur. Quels seront les conséquences directes  sur le commerce de celles-ci  si sensible au moindre événement? Pour ce mois de mars, en Europe, les variations de prix sont très inégales. Les pays du sud (Espagne, Italie) ont augmenté leurs prix de 20 à 30 €/t durant la première semaine. Au Nord (Allemagne, Belgique) la reconduction des cours de février est la règle plus au moins générale. Les acheteurs de la Turquie sont très peu actifs et proposent des prix autour de 300€/t pour de la E 40, départ chantiers de production proches des ports de la Mer du nord. Bien inférieur donc au marché domestique: 320 à 330€/t départ. La sidérurgie française n’a, pour sa part, pas encore affiché une position claire. Dans ce contexte ambiant fort perturbé, il est difficile de prévoir une quelconque tendance sur les semaines à venir. Toutefois, dés le 15mars, l’Espagne annonce  des baisses de 10 € sur ses prix: une indication sur l’orientation probable du marché d’avril.

  • Ferrailles
  • Commentaires fermés sur Ferrailles: hausses inégales

Ferrailles: Retour aux prix de décembre 2010.

11 février 2011

Ferrailles cisaillées - Crédit: Athos

Après un début d’année en fanfare, février glace un peu l’enthousiasme des négociants de ferrailles. Les sidérurgistes européens, face à de nouvelles baisses de leurs carnets des commandes mais aussi grâce au repli des acheteurs turcs, ont imposé une baisse générale des cours (autour de 50 euros/tonne). Le but est de revenir aux prix pratiqués au mois de décembre. Si ces variations brutales à forte amplitude perturbent les achats des transformateurs de ferraille, les prix, entre 310 – 330 euros rendu/aciérie la tonne, restent encore élevés. Le printemps produira-t-il l’effet inverse en mars? Rien n’est moins sûr compte tenu des perspectives peu encourageantes de la sidérurgie de notre vieux continent.

  • Ferrailles
  • Commentaires fermés sur Ferrailles: Retour aux prix de décembre 2010.

Ferrailles: Stop…ou encore?

2 février 2011

Les statistiques  publiées par la « Worldsteel Association »(1) montre pour 2010 une forte augmentation de la production mondiale d’acier: 1 413 000 000 de tonnes soit plus de 16 % par rapport à celle enregistrée en 2009. Elle est également supérieure de près de 100 000 000 de tonnes à celle de 2008. L’ augmentation de la consommation de ferrailles, contribuant au plan mondial à environ  50 % des approvisionnements en matières premières de la sidérurgie, a bien entendu suivit la même évolution. Les prix des ferrailles  a retrouvé, début janvier, des niveaux connus en 2008: 380 à 400 €/T (2). Cette tension, un peu brutale au goût de certains, a connu un rapide fléchissement dans la dernière semaine du mois.  Les cours ont connu un repli marqué après les ventes massives des producteurs de ferrailles et des négociants :  les sidérurgistes se sont  retirés progressivement du marché, notamment ceux des grandes exportations ( Turquie, Inde…).  En ce début de mois de février, les acteurs du marché européen ont les regards  tournés vers les grands ports du Nord (Anvers, Rotterdam, Gand…). Les stocks sur les quais sont encore importants. Seule une forte demande sur ces exportations peut permettre un faible réajustement des prix de janvier. « Les bruits du marché » évoquent une baisse située entre 20 et 50 €. A suivre…

(1)http://www.worldsteel.org/

(2) Rendu usine (Qualités E40 et Paquets Auto E 50)

  • Ferrailles
  • Commentaires fermés sur Ferrailles: Stop…ou encore?