Archive for the tag 'cours des ferrailles'

Ferrailles: baisse des prix

10 avril 2011

Le dernier trimestre 2010 avait laissé espérer un retour à des prix d’achat des ferrailles au plus au niveau, dignes du printemps 2008. Le marché ferme, les cours  à la hausse se confirmaient en janvier. La demande sur les marchés nationaux européens et internationaux demeurait excellente. Et puis…!!! Les pays arabes se sont enflammés les uns après les autres. Le Japon a connu sa plus grave catastrophe naturelle depuis plus d’un siècle. Les cours du pétrole se sont enflammés, l’Euro a franchi la barre des 1,40 dollars… Événements imprévisibles ou improbables. Le marché turc, toujours prompt à provoquer les variations des cours en Europe, a rapidement inversé son action devant ses difficultés à placer sa production de produits finis autour de la Méditerranée.  L’activité industrielle sur les marchés européens, connaît également une baisse significative.

Ferrailles E40. Crédit Athos

En février-mars, un sentiment de panique, de pessimisme, d’incertitude s’est répandu sur l’ensemble du vieux-continent. 60 €, puis 20, puis encore 20 €  minimum en avril, la baisse des cours est enclenchée depuis plusieurs semaines, avec en avril, une menace de réduction des volumes  et des difficultés pour « placer » les tonnes. Le marché espagnol a montré la voie de la baisse et semble absent du marché en ce début du printemps. Au Royaume-Uni , l’heure est à la négociation sur les tonnages. L’Italie, haussière en mars, est vite revenue dans le giron: moins 20€, voire plus sur certaines catégories et réductions drastiques des tonnages. Au nord de la France, la sidérurgie annonce clairement la couleur: moins 25 à 30€! Sur les quais des grands ports en Belgique et en Hollande, les stocks sont importants et les acheteurs quasi absents! Les prix qu’ils proposent, sont inférieurs à 300 €/t départ. Une barre difficile a accepter par les négociants. Le bras de fer est engagé entre les deux parties.

 

 

 

Ferrailles: baisse en avril

29 mars 2011

Effet papillon ou pas, les phénomènes chaotiques du Japon et des pays arabes provoquent de fortes instabilités sur l’économie mondiale et sur les cours des matières premières. La ferraille n’échappe pas aux spéculations.

Péniche de E40. Crédit Athos

Suite au séisme du 11 mars et à ses conséquences en chaîne, au moins cinq grandes aciéries japonaises sont à l’arrêt de production pour une période estimée à six mois. Après avoir dû stopper ses activités, le quatrième groupe sidérurgique mondial, Nippon Steel, a repris timidement les approvisionnements de ses sites, à l’exception de celui de Kaimishi non loin de la zone frappée par la catastrophe. Son concurrent J.F.E. a, quant à lui révélé la semaine dernière qu’il était obligé de cesser ses livraisons d’un site proche de Tokyo en raison d’un problème d’approvisionnement en énergie. Deuxième producteur mondial avec plus de 100 millions de tonne d’acier par an, le Japon est terriblement meurtri! Ses usines ont été très endommagées et leurs installations portuaires sont inutilisables, surtout dans le nord. Les spécialistes estiment à 22,2 millions de tonnes de minerai de fer retirées sur le fret par voie maritime à destination du Japon. Cela doit avoir une incidence sur les prix du minerai de fer, même si la production d’acier brut des usines touchées ne représente qu’un faible pourcentage, en tonnage, au niveau mondial. Sur le marché des ferrailles, les bruits de baisse en avril sont générales. Du nord au sud de l’Europe, les négociants se préparent à celle-ci! Le marché à l’exportation reste inactif. « 275 à 280 €/tonne départ, c’est la seule proposition que nous ayons pour de la ferraille E40 pour la Turquie. Autant dire qu’ils ne veulent rien acheter! » lâche, un peu dépité, un grossiste belge. Même son de cloche dans le nord de la France où les livraisons de ferrailles ont été importantes en mars: avec un prix, par exemple, de E40 à 325 €/T départ. « Dans un tel contexte, une baisse de l’ordre de 50 €/T n’est pas à exclure. » confit un producteur du nord. En Espagne, les prix avaient déjà décliné de 10 à 20€/t à la mi-mars. Le marché italien dynamique à l’achat en début de ce mois, a , semble-t-il, était bien approvisionné. Suffisamment pour revoir ses prix en Avril? Certainement…