Archive for the tag 'BIR'

La chine hausse le ton

22 janvier 2018

Le 18 juillet dernier, la Chine  informait l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de son intention d’interdire l’entrée sur son territoire à 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles. Effective depuis le 1er janvier, cette décision fait peser le risque d’un « scénario-catastrophe » pour l’environnement dans les pays riches… et met dans la panade sa propre industrie de la récupération.dechets-electroniques-chine

Depuis le 1er janvier, la porte du géant asiatique est fermée à 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles, une mesure annoncée seulement six mois plus tôt par Pékin, qui avance des motifs écologiques. Cette nouvelle donne du marché planétaire des déchets s’avère problématique pour les industriels américains et européens, habitués à voir une Chine avide de matières premières absorber la majeure partie de leurs déchets pour les recycler, et qui disposent de très peu de temps pour se retourner.  « C’est un séisme » et « on a toujours l’onde de choc. Cela a mis notre industrie en situation de stress car la Chine est tout simplement le premier marché mondial pour l’exportation de matières recyclables », se désole Arnaud Brunet, directeur du Bureau international du recyclage (BIR) basé à Bruxelles. L’Union européenne (UE) exporte la moitié de ses plastiques collectés et triés, dont 85% vers la Chine. Les Etats-Unis ont eux envoyé en 2016 en Chine plus de la moitié de leurs exportations de déchets de métaux non ferreux, papiers et plastiques, soit 16,2 millions de tonnes. »On va chercher des solutions alternatives, essayer d’identifier de nouveaux marchés de substitutions, à supposer qu’ils aient les capacités de traitement: on parle de l’Inde, du Pakistan ou du Cambodge », suggère M. Brunet. Mais cela pourrait prendre du temps: « Les capacités de traitement ne se déplacent pas comme ça du jour au lendemain », et dans l’immédiat l’accumulation des déchets, notamment en Europe, est « un risque majeur », prévient-il. L’interdiction de Pékin pose aussi un épineux problème aux entreprises chinoises du recyclage, extrêmement dépendantes des déchets occidentaux. « Cela va devenir difficile de travailler », admet Zhang Jinglian, propriétaire d’une société de traitement des déchets plastiques, Huizhou Qingchun. Plus de la moitié de sa « matière première » est importée et sa production va donc être réduite « d’au moins un tiers », explique-t-il à l’AFP, disant avoir dû récemment se séparer d’une dizaine d’employés. Les répercussions sont plus drastiques encore pour la société Nantong Heju, dans le Jiangsu (est): « Nous stoppons notre activité et cherchons désormais à nous reconvertir », confie un responsable à l’AFP.

Mais la décision chinoise pourrait à terme avoir pour effet positif de muscler les filières de retraitement. L’UE vient de dévoiler  sa stratégie pour réduire l’utilisation des plastiques à usage unique, avec pour objectif que tous les emballages de ce type soient recyclables d’ici 2030. Seulement 30% des déchets plastiques des Européens sont recyclés à l’heure actuelle. Le reste finit incinéré pour produire de l’énergie (39%) ou en décharge (31%). »Nous devrions utiliser cette décision pour nous remettre en question et nous demander pourquoi nous, Européens, ne sommes pas capables de recycler nos propres déchets », argue le commissaire Frans Timmermans.

(AFP)

27 et 28 octobre le BIR à PARIS

22 octobre 2014

The Bureau of International Recycling (BIR) is the only global recycling industry association representing more than 850 companies and 40 affiliated federations from 70 different countries. Its members are world leaders in the supply of raw materials and a key pillar for sustainable economic development.

BIR à Miami: bilan ferrailles

17 juin 2014

La tenue du dernier Congrès du BIR, à Miami, du 1er au 4 juin dernier, a été l’occasion de la publication des statistiques annuelles de l’industrie des ferrailles. Ces statistiques confirment ce que le marché  laissait pressentir. La consommation de ferrailles, dans le monde  (580 000 000 t) a progressé de 1.8 % tandis que la production d’acier augmentait de 3 % à 1 607 000 000 t.

La production de la filière électrique a reculé de 2/10ème de point à 29 % de la production totale d’acier. La consommation de ferrailles a diminué au sein de l’Union Européenne (-4.6 %), en Turquie (-6 %) et en Russie (-3.5 %). Elle a progressé en Chine (+2 %), au Japon (+3.2 %) et en Corée du Sud (+0.3 %). Elle n’a pas connu d’évolution aux Etats-Unis. La proportion de ferrailles consommées par tonne d’acier produite a légèrement diminué. L’activité sur le marché mondial des ferrailles est en repli de 9.5 % à 99 millions de tonnes. 30 % de ces échanges se sont déroulés entre les marchés de l’Union Européenne.

 

Bjorn Grufman, Président du BIR

Le Président du BIR, Bureau International du Recyclage, Bjorn Grufman a fait le bilan de l’année 2013. C’est, selon lui, « la plus mauvaise année » vécue par les entreprises de recyclage à travers le monde depuis longtemps. « La faute est là : mettre au crédit des marchés financiers, responsables de la crise de l’Euro de 2012 qui, engendrant une gigantesque surcapacité de l’industrie sidérurgique, a eu pour conséquence une réduction drastique de production en Europe, notamment. Réduction de production qui a évidemment gravement affecté le marché des matières premières recyclées. La disponibilité de ferrailles s’est réduite en raison du ralentissement de l’activité industrielle tandis que les prix des ferrailles ont baissé en raison de la surcapacité de production d’acier. Aujourd’hui, notre industrie est dans une situation de surcapacité plus grande encore que celle de l’acier ».