ArcelorMittal ne veut pas d’Ascométal

28 novembre 2017

Philippe Darmayan, président d’ArcelorMittal France a affirmé que le géant de l’acier n’est pas intéressé par la reprise d’Ascometal, placé en redressement judiciaire la semaine dernière.LF_8644_151011_nc_rec

Ascométal, en grande difficulté financière, s’est une nouvelle fois, déclaré en cessation de paiement et a désormais six mois pour trouver un repreneur. « Nous ne sommes pas intéressés par Ascométal car c’est un producteur d’aciers trop spécifiques pour nous, et nous ne sommes pas du tout dans notre segment ». Pour le moment trois candidats sont en lice pour reprendre les activités du sidérurgistes français produisant de l’acier destiné notamment au secteur automobile et employant près de 1 550 personnes. Philippe Darmayan est également revenu sur la situation de deux usines de fils françaises (Commercy dans la Meuse et Sainte-Colombe-sur-Seine en Côte-d’Or) du géant de l’acier mis récemment en vente. « Dans le cadre de notre stratégie Action 2020, nous avons constaté ne pas avoir les moyens d’investir sur toutes nos lignes de productions et le segment du fils n’est plus dans notre cœur de métier, c’est pourquoi nous avons décidé de re-segmenter ce secteur par rapport à nos clients. Donc effectivement, nous recherchons des acquéreurs pour ces deux sites. Nos effectifs sont d’ailleurs au courant et ne sont pas étonnés puisqu’ils connaissent la situation du segment ».

Retour à la case faillite pour Ascometal

21 novembre 2017

Ascometal, le  groupe français de sidérurgie, dépose son bilan. 1 550 salariés sur trois sites en France sont concernés.
Depuis trois ans, on connaissait les difficultés financières d’Ascometal. Malgré tout, l’annonce du dépôt de bilan du groupe ce lundi 20 novembre laisse les employés avec le sentiment d’un immense gâchis. Dans toute la France, 1 550 emplois sont menacés à Hagondange, Leffrinckoucke et à Fos-sur-Mer . Les responsables syndicaux en appellent directement à l’État. C’est le dernier groupe français dans le monde de la sidérurgie qui  s’effondre! L’entreprise cherche un repreneur depuis plusieurs mois, sans succès. Dans le Nord, Ascoval exploitant l’aciérie de Saint-Saulve  détenue à 60 % depuis 2016 par Ascometal aux côtés de Vallourec, ne serai pas concernée par la procédure.

Les chiffres-clés du recyclage 2016

11 novembre 2017

Fed 2Fed

Cours mensuels de la catégorie E40/2017

25 octobre 2017

fer

La Métropole Européenne de Lille (MEL) se tient prête à accueillir le Technocentre

22 septembre 2017

Capitale des Hauts-de-France et dotée de nombreux atouts, la Métropole Européenne de Lille (MEL) se tient prête à accueillir le Technocentre Régional de la Méthanisation des Hauts-de-France. Elle a  déposé son dossier de candidature suite à l’appel d’offre lancé par la Région des Hauts-de France.

Le CVO de Sequedin/MEL

Le CVO de Sequedin/MEL

« Alors que notre métropole est la plus agricole de France, nous dépendons aujourd’hui à plus de 95% d’énergies produites en dehors de notre territoire et majoritairement d’origine fossile. Pour la MEL, il y a donc une véritable opportunité pour un développement plus durable, conciliant économie d’énergie et développement des énergies renouvelables et de récupération. Notre objectif est aujourd’hui de quadrupler la production d’énergie renouvelable. » explique Damien Castelain, Président de la Métropole Européenne de Lille. La méthanisation est un processus naturel de dégradation de matières organiques conduisant à la production de biogaz permettant ainsi une valorisation énergétique des déchets fermentescibles issus de l’agriculture (élevage ou cultures), de l’industrie agroalimentaire, ou des boues de station d’épuration. Grâce à un processus d’épuration pour extraire le dioxyde de carbone, le biogaz devient du biométhane, équivalent au gaz naturel, pouvant être injecté dans le réseau de distribution et desservir les utilisateurs de gaz.

Avec ses nouvelles compétences, notamment dans le domaine de la distribution d’énergie et des bornes de recharges électriques, la Métropole Européenne de Lille veut être un acteur majeur de la transition énergétique. De plus, la MEL a été pionnière dans le domaine, avec l’injection dans le réseau de distribution, du biométhane produit par son Centre de Valorisation Organique* (CVO), une première en France. La station d’épuration de Marquette-lez-Lille OVILLEO, inaugurée en 2015, méthanise elle aussi ses boues d’épuration pour produire du gaz et de l’électricité, directement utilisés sur le site. Ce process va d’ailleurs être étudié puis installé dans les autres stations d’Houplin-Ancoisne, Wattrelos et Neuville-en-Ferrain.

Damien Castelain, Président de la MEL

La MEL possède également des atouts géographiques. Elle bénéficie d’abord d’une position stratégique au coeur de l’Eurométropole. En outre, la présence importante d’agriculteurs sur son territoire fait de la métropole un territoire mixte urbain et rural, doté d’une agriculture variée proposant des intrants de qualité et des débouchés pour le digestats. « Pour accueillir ce futur Technocentre Régional, la MEL a retenu le port de Wambrechies, un terrain de 2 hectares situé à proximité de gisements agricoles et d’accès de qualité. De plus, ayant pour objectifs de proposer sur un même site une usine performante de méthanisation, un centre de recherche et développement et un centre de formation, je propose que ce site soit nommé Euraméthanisation, en cohérence avec nos autres sites d’excellence, véritables piliers pour les filières économiques prioritaires. Ce site devra aussi permettre le développement d’une activité industrielle. » ajoute Damien Castelain.

CVO: Le Centre de Valorisation Organique (CVO), situé à Sequedin, traite chaque année 108 600 tonnes de biodéchets récoltés sur le territoire métropolitain. Ils proviennent notamment des déchets ménagers organiques, des restaurants collectifs des administrations (établissements scolaires, maison de retraites, centres hospitaliers, etc.) et des déchets verts issus des déchetteries. A partir de ces déchets, le CVO produit du compost et du biogaz. Le compost est ensuite revendu aux agriculteurs et mis à disposition gratuitement pour les métropolitains dans les déchetteries. Le biogaz est transformé en biométhane pour être ensuite revendu à GrDF et alimenter de réseau de bus circulant sur la métropole.

L’aciérie des Dunes à Leffrinckouke fermera ses portes le 30 septembre

19 septembre 2017

C’est encore une page de la sidérurgie du Nord qui va se tourner: l’aciérie électrique de l’usine des Dunes à Leffrinckoucke fermera ses portes le 30 septembre prochain provoquant 148 départs dans le cadre d’un plan social, sur un effectif de 478 personnes. steel-2

L’inquiétude grandit quant à l’avenir même du site.   » Une usine, on sait que ce n’est pas «à vie», mais tout de même, il ne faut pas nous raconter des bobards ! « , lançait Bernard Weisbecker, maire de la commune, vendredi, à l’occasion de la visite du candidat Patrick Kanner aux prochaines sénatoriales. »J’aimerais qu’on nous dise la vérité », tonne-t-il. Les craintes sont aussi alimentées par des annonces récentes sur ce qui devait être des « mesures compensatoires » accompagnant la fermeture de l’aciérie : une unité d’hydrogène «  qui ne se fera finalement pas, du moins pas à Leffrinckoucke, en raison de l’environnement naturel protégé, alentour  », assure une source proche du dossier ; un projet d’acier en poudre pour le marché automobile, lui aussi abandonné ; une nouvelle cage de laminoir (l’actuelle date de 1926), mais pour laquelle l’investissement est lié au déblocage des 14 millions d’euros d’aide de la Région mais pour l’usine de Saint-Saulve …(anciennement Vallourec) , vouée à alimenter, à terme, le laminoir de Leffrinckoucke. C’est dans cette confusion que l’une des dernières aciéries du Nord s’arrêtera de produire dans quelques jours! Il ne restera alors que deux fours électriques en activité dans le Nord,: celui de Saint-Saulve (Ascoval) et celui de Trith-Saint- Léger (LME-groupe Beltrame)

Ascometal et Vallourec ont signé un accord en 2016. Fruit de cette union, l’entreprise Ascoval, détenue à 60% par Asco Industries et à 40% par Vallourec. Ils exploitent ensemble l’acièrie de St Saulve. (Vallourec pour ses besoins en aciers spéciaux et Asco Industries pour alimenter les capacités de laminage de ses usines.)

10 août 2017

newdelhi2017

Déchets: La Chine hausse le ton

7 août 2017

Le 18 juillet dernier, la Chine a informé l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de son intention d’interdire l’entrée sur son territoire à 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles.Une annonce qui met en émoi les industriels du secteur dans de nombreux pays.dechets-electroniques-chine

La notification envoyée par le ministère de l’environnement chinois propose une mise en oeuvre dès septembre prochain, tandis qu’un responsable du ministère de l’Environnement a évoqué une application d’ici la fin de l’année, selon l’agence officielle Chine nouvelle. Pour justifier sa décision, Pékin a mis en avant l’argument environnemental: « Nous avons constaté que de grandes quantités de déchets de mauvaise qualité, et même de déchets dangereux, sont mélangés avec des déchets solides. (…) Cela pollue sérieusement l’environnement de la Chine! ». Le pays souhaite améliorer la qualité des déchets qui entrent sur son territoire et privilégier ceux qui sont bien triés et conditionnés. Si elle est introduite, cette mesure « aurait un impact important (…) sur l’industrie mondiale du recyclage et sur la production chinoise qui dépend de matériaux recyclés », a réagi le BIR, association mondiale de l’industrie du recyclage. La Chine est le premier importateur mondial de déchets, les matières premières recyclées (billes de plastiques, papiers et cartons d’emballages) lui permettant d’alimenter la croissance de sa production industrielle. En 2015, le pays a ainsi importé 49,6 millions de tonnes de déchets solides, selon le ministère de l’Environnement. Mais la Chine tente désormais de lutter contre la pollution de l’air et des sols induite par ce développement économique qui s’est fait sans préoccupation environnementale. Pékin veut aussi fermer les nombreuses usines de recyclage les plus polluantes du pays pour privilégier des sites plus modernes, et a déjà renforcé ces derniers mois le contrôle de la qualité des déchets importés.nouvelle-baisse-des-taux-de-la-banque-centrale-de-chine

Pour les Etats-Unis, premier exportateur mondial de déchets, la décision chinoise aurait un « impact dévastateur », selon Robin Wiener, président de l’ISRI qui regroupe les acteurs américains du secteur. Il rappelle notamment que la valeur des exportations de déchets de métaux, papiers et plastiques du pays a atteint 5,6 milliards de dollars l’an dernier. « La Chine représente pour l’Union européenne plus de 50% de ses exportations de déchets », explique aussi à l’AFP Damien Dussaux, chercheur au Grantham Research Institute on Climate Change de Londres.

Devant la fermeté chinoise, l’industrie craint un engorgement des volumes de déchets à recycler dans les pays d’origine. L’an dernier, la Chine a par exemple importé 7,3 millions de tonnes de déchets plastiques, essentiellement d’Europe, du Japon et des Etats-Unis, ainsi que 27 millions de tonnes de déchets papiers, dont 25 à 30% étaient un mélange de papiers et de cartons, une catégorie visée par la mesure chinoise, selon le BIR.Le secteur a aussi en tête un précédent: en 2013, la Chine avait pris des mesures pour renforcer les contrôles sur les déchets arrivant sur son territoire, entraînant une baisse des prix des matières premières recyclées sur les marchés mondiaux. tehlikeli-maddelerin-deniz-yoluyla-tasinmasi-7028297_x_5253_o

« A court terme, on va avoir un engorgement du marché européen avec forcément une baisse des prix de vente, parce que les capacités des usines de recyclage en Europe ne suffiront pas à absorber des volumes qui vont rester sur le marché européen. » s’inquiète Pierre Moguérou, vice-président de la filière Plastiques de la fédération française des industriels Federec. Et investir dans de nouvelles capacités prendrait du temps, alors que cette annonce s’inscrit dans un contexte tendu pour certaines matières, comme les plastiques recyclés, pour lesquels la filière manque de débouchés chez les industriels.

Cette annonce favorisera en revanche les acteurs du secteur capables de fournir des déchets de grande qualité. Certains y voient aussi une volonté de la Chine de soutenir sa propre industrie du recyclage. Le pays « a lancé en 2017 un plan pour l’augmentation de 67% du chiffre d’affaires de l’industrie du recyclage en 2020, par rapport à 2015″, explique Vincent Aurez, expert en économie circulaire du cabinet EY.

Un contrat de 1 milliard de dollars pour Dassault

25 juillet 2017

Le constructeur aéronautique américain Boeing a conclu un contrat de 1 milliard de dollars (857 millions d’euros) avec l’éditeur français de logiciels Dassault Systèmes pour moderniser son système de production, affirme le journal Le Figaro dans son édition du mardi 25 juillet.
D’après ce dernier, détenu par le groupe Dassault, cet accord engage l’avionneur américain « sur trente ans, par tranches de dix ans renouvelables ». Il porte sur « l’utilisation systématique du logiciel  « 3DEXPERIENCE » pour concevoir les produits de demain, pour moderniser l’intégralité du système de production et pour déployer de nouveaux services ». Ce logiciel permet de regrouper sur une interface unique toutes les étapes de production, de la conception à la gestion des sous-traitants.

GM & S: aucun repreneur pour sauver l’entreprise

23 juin 2017

Une semaine de sursis est accordé ce vendredi 23 juin par le tribunal de commerce de Poitiers aux 277 salariés de GM & S.

L’ équipementier automobile de La Souterraine (Creuse) est en grande difficulté. À l’issue de l’audience qui s’est tenue à huis clos ce vendredi matin, le tribunal a choisi de ne pas prononcer la liquidation immédiate de l’entreprise déjà en dépôt de bilan. La décision, mise en délibéré, ne sera rendue que vendredi 30 juin, ont fait savoir les délégués syndicaux. Une semaine pour espérer ou voir disparaître GM & S et le licenciement de tout le personnel.

« Entrées les plus récents - Entrées âgées »