La sidérurgie égyptienne en crise.

10 février 2011

L’instauration du couvre-feu dans les rues des grandes villes égyptiennes a obligé les aciéristes à interrompre leur activité, rapporte le Metal Bulletin .
Le principal aciériste du pays, Ezz Steel, a ainsi mis en sommeil ses 4 sites qui ont ensemble 5,8 millions de tonnes (Mt) de capacité : un complexe de 3 Mt de capacité à Alexandrie (fer à béton, fil et produits plats), une unité de 1 Mt de fer à béton à Sadat City, une de 0,5 Mt à Tenth of Ramadan City et enfin, un site de produits plats de 1,3 Mt de capacité à Suez.
Avec 6 300 salariés le groupe possède une productivité élevée. Ezz Steel est contrôlé par Ahmad Ezz qui est à la fois président du conseil d’administration et directeur exécutif du groupe. Membre du parlement égyptien et ancien ministre, il était également jusqu’à sa démission fin janvier, l’un des dirigeants du Parti national démocratique, le parti au pouvoir. Ayant fortement contribué au financement de la dernière campagne électorale de Hosni Moubarak, et de son fils Djamel, il ne peut actuellement plus quitter le pays et ses comptes bancaires ont été gelés. Les autres aciéristes sont également affectés car ni les banques ni les transports ne fonctionnent actuellement. Ils ne peuvent donc ni importer, ni exporter leurs aciers. Avec une production d’acier de 6,7 Mt en 2010, l’Egypte est le deuxième sidérurgiste africain, derrière l’Afrique du Sud, et se place en 24 e position dans le classement global de World Steel Association.(1)

Sources: Metal Bulletin et l’Usine Nouvelle / 7 et 8 février 2011.

(1) http://www.worldsteel.org/

Les commentaires sont fermés