Renault et Peugeot plongent

14 janvier 2016

Le cours de l’action Renault a entamé un sévère plongeon (près de 20 %) à la Bourse de Paris, jeudi 14 janvier en milieu de journée, après l’annonce, par la CGT et la CFDT, de perquisitions effectuées la semaine dernière par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).renault-bourse-1540154-jpg_1421594_660x281

Une information confirmée un peu plus tard par Renault.
La valeur accuse la plus forte baisse du CAC 40, lui-même en baisse (– 3,2 %). L’action Peugeot perdait pour sa part plus de 8 % en milieu de journée, entraînée par la chute de son concurrent.
Confirmant les informations dévoilées par la CGT et la CFDT, Renault a annoncé jeudi midi que des perquisitions ont eu lieu à Lardy, à Guyancourt et à son siège social. Dans un tract, la CGT affirmait que les « secteurs » visés par ces perquisitions « laissent fortement penser» que ces « perquisitions » étaient « liées aux conséquences de l’affaire des “moteurs truqués” de Volkswagen ». Mais « les tests menés par le gouvernement sur les moteurs diesel n’ont pas détecté de logiciel truqueur », affirme le constructeur dans un communiqué.r-PEUGEOT-large570
Après le scandale Volkswagen, Renault a annoncé en décembre un plan d’investissements de 50 millions d’euros pour réduire l’écart entre les émissions polluantes de ses voitures en conditions d’homologation et en situation réelle.

A 14 h 25 Le groupe PSA communique: « Les résultats des tests réalisés par la commission technique présidée par la ministre de l’écologie, Madame Ségolène Royal, nous ont été communiqués et attestent de l’absence de toute anomalie sur les véhicules de PSA Peugeot Citroën. Ces tests menés par l’UTAC avaient pour objectif de vérifier la conformité des véhicules en matière d’émissions de polluants. Les résultats démontrent la pertinence des choix technologiques de PSA Peugeot Citroën en matière de traitement des émissions de polluants. Ces premiers résultats confirment, par ailleurs, l’efficacité du système de post-traitement « BlueHDi » composé de la Selective Catalytic Reduction (SCR) positionnée en amont du filtre à particules (FAP), permettant de traiter les oxydes d’azote (NOx) émis par les moteurs diesel. Cette technologie est déployée depuis fin 2013 sur tous les véhicules diesel Euro6 du Groupe.PSA Peugeot Citroën informe ne pas avoir fait l’objet d’une perquisition de la DGCCRF. »

Les commentaires sont fermés