Archive for the 'Finances' Category

Liberty House reprend Rio Tinto à Dunkerque

10 janvier 2018

LONDRES (Reuters) – Liberty House, la branche industrielle du conglomérat indien GFG Alliance (Gupta Family Group), a annoncé mercredi avoir présenté une offre contraignante de rachat de la fonderie d’aluminium de Rio Tinto à Dunkerque, la plus grande d’Europe.vue-aerienne-dunkerque-jpg

Liberty House, dirigé par l’homme d’affaire Sanjeev Gupta, n’a pas indiqué le prix offert mais a dit que cette initiative s’inscrivait dans le cadre d’un programme d’investissement de deux milliards d’euros lancé en France, grâce notamment à l’environnement favorable créé par le gouvernement du président Emmanuel Macron. Reuters a rapporté en décembre, de sources proches du dossier, que Liberty House étudiait une offre pour la fonderie, dont la valeur était alors estimée à 200 millions d’euros. Elle avait été créée en 1991 par Péchiney, qui fut racheté par le canadien Alcan, lui-même absorbé par Rio Tinto en 2007. « Il s’agit du premier pas significatif de GFG en Europe continentale, que nous espérons poursuivre (…) non seulement dans l’aluminium, l’acier et l’automobile, mais également en amenant nos autres branches, y compris dans l’énergie, les services bancaires et la promotion immobilière, à explorer les opportunités en France et en Europe », a déclaré Sanjeev Gupta. Liberty House a investi des centaines de millions d’euros dans des acquisitions, dont la fonderie d’aluminium Rio Tinto en Ecosse et le sidérurgiste australien en faillite Arrium. « Cette offre contraignante (…) est la meilleure option pour le développement du site de production tout en créant de la valeur pour Rio Tinto dans le cadre de la rationalisation de son portefeuille », a déclaré Alf Barrios, directeur général de la branche aluminium de Rio Tinto, dans un communiqué distinct. « Liberty House a une grande expérience dans le rachat d’actifs de ce type, ce qui devrait assurer un avenir à long terme pour Aluminium Dunkerque et préserver son impact économique bénéfique pour la communauté dans son ensemble. »

Bonne année 2018

Derichebourg en forte progression

12 décembre 2017

Le groupe Derichebourg connaît un spectaculaire redressement sur son exercice clôt à fin septembre 2017.
Dépassant les anticipations des analystes, le leader français du recyclage des ferrailles et métaux a dévoilé 2,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires (+27 %), 123 millions de résultat opérationnel courant (+166 %) et 73 millions de bénéfice net (+490 %) sur l’année écoulée. Sa rentabilité grimpe et « nous sommes confiants pour 2018 », a commenté son directeur financier, Pierre Candelier.

Retour à la case faillite pour Ascometal

21 novembre 2017

Ascometal, le  groupe français de sidérurgie, dépose son bilan. 1 550 salariés sur trois sites en France sont concernés.
Depuis trois ans, on connaissait les difficultés financières d’Ascometal. Malgré tout, l’annonce du dépôt de bilan du groupe ce lundi 20 novembre laisse les employés avec le sentiment d’un immense gâchis. Dans toute la France, 1 550 emplois sont menacés à Hagondange, Leffrinckoucke et à Fos-sur-Mer . Les responsables syndicaux en appellent directement à l’État. C’est le dernier groupe français dans le monde de la sidérurgie qui  s’effondre! L’entreprise cherche un repreneur depuis plusieurs mois, sans succès. Dans le Nord, Ascoval exploitant l’aciérie de Saint-Saulve  détenue à 60 % depuis 2016 par Ascometal aux côtés de Vallourec, ne serai pas concernée par la procédure.

Les chiffres-clés du recyclage 2016

11 novembre 2017

Fed 2Fed

Déchets: La Chine hausse le ton

7 août 2017

Le 18 juillet dernier, la Chine a informé l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de son intention d’interdire l’entrée sur son territoire à 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles.Une annonce qui met en émoi les industriels du secteur dans de nombreux pays.dechets-electroniques-chine

La notification envoyée par le ministère de l’environnement chinois propose une mise en oeuvre dès septembre prochain, tandis qu’un responsable du ministère de l’Environnement a évoqué une application d’ici la fin de l’année, selon l’agence officielle Chine nouvelle. Pour justifier sa décision, Pékin a mis en avant l’argument environnemental: « Nous avons constaté que de grandes quantités de déchets de mauvaise qualité, et même de déchets dangereux, sont mélangés avec des déchets solides. (…) Cela pollue sérieusement l’environnement de la Chine! ». Le pays souhaite améliorer la qualité des déchets qui entrent sur son territoire et privilégier ceux qui sont bien triés et conditionnés. Si elle est introduite, cette mesure « aurait un impact important (…) sur l’industrie mondiale du recyclage et sur la production chinoise qui dépend de matériaux recyclés », a réagi le BIR, association mondiale de l’industrie du recyclage. La Chine est le premier importateur mondial de déchets, les matières premières recyclées (billes de plastiques, papiers et cartons d’emballages) lui permettant d’alimenter la croissance de sa production industrielle. En 2015, le pays a ainsi importé 49,6 millions de tonnes de déchets solides, selon le ministère de l’Environnement. Mais la Chine tente désormais de lutter contre la pollution de l’air et des sols induite par ce développement économique qui s’est fait sans préoccupation environnementale. Pékin veut aussi fermer les nombreuses usines de recyclage les plus polluantes du pays pour privilégier des sites plus modernes, et a déjà renforcé ces derniers mois le contrôle de la qualité des déchets importés.nouvelle-baisse-des-taux-de-la-banque-centrale-de-chine

Pour les Etats-Unis, premier exportateur mondial de déchets, la décision chinoise aurait un « impact dévastateur », selon Robin Wiener, président de l’ISRI qui regroupe les acteurs américains du secteur. Il rappelle notamment que la valeur des exportations de déchets de métaux, papiers et plastiques du pays a atteint 5,6 milliards de dollars l’an dernier. « La Chine représente pour l’Union européenne plus de 50% de ses exportations de déchets », explique aussi à l’AFP Damien Dussaux, chercheur au Grantham Research Institute on Climate Change de Londres.

Devant la fermeté chinoise, l’industrie craint un engorgement des volumes de déchets à recycler dans les pays d’origine. L’an dernier, la Chine a par exemple importé 7,3 millions de tonnes de déchets plastiques, essentiellement d’Europe, du Japon et des Etats-Unis, ainsi que 27 millions de tonnes de déchets papiers, dont 25 à 30% étaient un mélange de papiers et de cartons, une catégorie visée par la mesure chinoise, selon le BIR.Le secteur a aussi en tête un précédent: en 2013, la Chine avait pris des mesures pour renforcer les contrôles sur les déchets arrivant sur son territoire, entraînant une baisse des prix des matières premières recyclées sur les marchés mondiaux. tehlikeli-maddelerin-deniz-yoluyla-tasinmasi-7028297_x_5253_o

« A court terme, on va avoir un engorgement du marché européen avec forcément une baisse des prix de vente, parce que les capacités des usines de recyclage en Europe ne suffiront pas à absorber des volumes qui vont rester sur le marché européen. » s’inquiète Pierre Moguérou, vice-président de la filière Plastiques de la fédération française des industriels Federec. Et investir dans de nouvelles capacités prendrait du temps, alors que cette annonce s’inscrit dans un contexte tendu pour certaines matières, comme les plastiques recyclés, pour lesquels la filière manque de débouchés chez les industriels.

Cette annonce favorisera en revanche les acteurs du secteur capables de fournir des déchets de grande qualité. Certains y voient aussi une volonté de la Chine de soutenir sa propre industrie du recyclage. Le pays « a lancé en 2017 un plan pour l’augmentation de 67% du chiffre d’affaires de l’industrie du recyclage en 2020, par rapport à 2015″, explique Vincent Aurez, expert en économie circulaire du cabinet EY.

Un contrat de 1 milliard de dollars pour Dassault

25 juillet 2017

Le constructeur aéronautique américain Boeing a conclu un contrat de 1 milliard de dollars (857 millions d’euros) avec l’éditeur français de logiciels Dassault Systèmes pour moderniser son système de production, affirme le journal Le Figaro dans son édition du mardi 25 juillet.
D’après ce dernier, détenu par le groupe Dassault, cet accord engage l’avionneur américain « sur trente ans, par tranches de dix ans renouvelables ». Il porte sur « l’utilisation systématique du logiciel  « 3DEXPERIENCE » pour concevoir les produits de demain, pour moderniser l’intégralité du système de production et pour déployer de nouveaux services ». Ce logiciel permet de regrouper sur une interface unique toutes les étapes de production, de la conception à la gestion des sous-traitants.

GM & S: aucun repreneur pour sauver l’entreprise

23 juin 2017

Une semaine de sursis est accordé ce vendredi 23 juin par le tribunal de commerce de Poitiers aux 277 salariés de GM & S.

L’ équipementier automobile de La Souterraine (Creuse) est en grande difficulté. À l’issue de l’audience qui s’est tenue à huis clos ce vendredi matin, le tribunal a choisi de ne pas prononcer la liquidation immédiate de l’entreprise déjà en dépôt de bilan. La décision, mise en délibéré, ne sera rendue que vendredi 30 juin, ont fait savoir les délégués syndicaux. Une semaine pour espérer ou voir disparaître GM & S et le licenciement de tout le personnel.

Derichebourg: hausse de 103 % de son résultat

26 mai 2017

Le groupe Derichebourg vient de publier  des résultats économiques et financiers excellents et spectaculaires pour le premier semestre de son exercice 2016-2017.logo_commerce_482

En effet, le groupe spécialisé dans la collecte et la valorisation des déchets a réalisé un résultat net semestriel s’élevant à 30,3 millions d’euros, alors qu’il s’établissait un an plus tôt à … 0,1 million d’euros. Son Ebitda(*) courant atteint 92,1 millions d’euros, ce qui représente une hausse de 103 % par rapport au premier semestre de l’exercice précédent. Quant à son chiffre d’affaires, il ressort à 1,34 milliard d’euros, soit une progression de 33 %. Ces excellentes performances sont à mettre au crédit d’une forte progression des marges, grâce à une politique efficace de réduction des coûts, et surtout d’une très forte augmentation des volumes et des prix dans l’activité des Services à l’environnement.

(*) L’EBITDA est un terme signifiant « earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization » en Anglais. Sa traduction française est relayée sous le sigle BAIIA pour « bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement« . Son nom est assez explicite puisque cet indicateur met en évidence le profit généré par l’activité indépendamment de sa politique de financement (charges d’intérêts), de sa politique d’investissement (amortissements) et de ses contraintes fiscales.

Ascométal a été escroqué de 660.000 euros

1 février 2017

Ascométal Fos-sur-mer a été escroqué de 660.000 euros par un de ses fournisseurs de ferrailles qui le trompait sur les quantités  livrées, a révélé lundi la direction départementale de la sécurité publique.
Quatre personnes ont été mises en examen le 26 janvier, et cinquante mille euros ont été saisis sur des comptes bancaires dans le cadre de cette procédure, a annoncé dans un communiqué la DDSP. Le groupe Ascométal, spécialisé dans la production d’acier, avait déposé plainte pour escroquerie en avril 2016, après avoir constaté « une différence de plus de 3.800 tonnes de ferraille par rapport à la quantité de marchandises théoriquement livrée et pesée ».
« L’enquête mettait à jour un système parfaitement rodé à l’origine de l’escroquerie de masse aux dépens du groupe. Le process de livraison était détourné afin de tromper la société sur les quantités d’acier théoriquement livrées. » précise le communiqué.

AFP

« Précedent - Suivant »