Archive for the 'Finances' Category

L’économie chinoise au ralenti

10 février 2020

La Chine connait un semblant de reprise du travail ce lundi dans une atmosphère bouleversée par le nouveau coronavirus, dont le bilan dépasse désormais les 900 morts. economie-les-provinces-chinoises-face-au-coronavirusL’économie y est au ralenti, le pays s’isole et le monde redoute une crise économique. Deux semaines et demi après le congé du Nouvel an chinois, le pays reste largement paralysé par la psychose de la pneumonie virale et le patron de l’OMS a averti dimanche que l’épidémie mondiale n’avait peut-être pour l’heure que révélé « la partie émergée de l’iceberg ». Plusieurs régions, abritant des dizaines de millions d’habitants, restent soumises à des restrictions de déplacement, notamment le Hubei, la province d’où est parti le virus, placée de facto en quarantaine depuis le 23 janvier. Mais plusieurs villes et provinces ont décrété la reprise du travail au 11 février, même si les étudiants restent en vacances et que les entreprises sont incitées à laisser leurs employés travailler à domicile. Le nouveau coronavirus a fait 908 morts en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), où le nombre des personnes infectées dépasse les 40.000, selon le dernier bilan établi lundi par les autorités, confirmant une certaine stabilité dans la progression de l’épidémie. Au cours des dernières 24 heures, 97 nouveaux décès ont été répertoriés en Chine continentale, dont 91 dans le Hubei. Le pays a dénombré plus de 3.000 nouveaux cas de contamination. Le virus 2019-nCoV, apparu en décembre sur un marché de Wuhan, la capitale du Hubei, a en outre tué deux personnes dans le monde, une aux Philippines et une autre à Hong Kong. Le bilan mondial de 910 morts dépasse désormais largement celui du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras), qui avait fait 774 morts dans le monde en 2002-2003.

(AFP)

FRN N°120 Décembre 2019

Goodbye 2019, welcome 2020 !

27 décembre 2019

Voeux FRN

Le cuivre en hausse

18 décembre 2019

Le marché du cuivre, considéré comme le baromètre de l’économie mondiale, s’est ressaisi en début de semaine. Une des principales raisons : l’espoir d’un accord commercial entre la Chine et les États-Unis avant la fin de cette année.cable-de-cuivre

Les cours du cuivre ont rebondi lundi à plus de 6 000 dollars la tonne, ils enregistrent une hausse de plus de 5 % sur les quatre dernières sessions de cotation. L’optimisme règne depuis quelques jours sur l’issue des négociations commerciales entre Pékin et Washington. Or les indices positifs s’accumulent. Vendredi 13, la Chine a annoncé qu’elle supprimait les taxes sur 1 million de tonnes de soja et de porc américains, cinq vraquiers seraient en route depuis les États-Unis. Un geste de bonne volonté confirmé par la déclaration de Pékin, lundi : les autorités chinoises « espèrent un accord aussi vite que possible » alors que « les discussions sont, précisent-t-elles, intenses ». Si un accord était trouvé, cela sonnerait la reprise du commerce mondial, gelé par le conflit sino-américain. Le cuivre étant le métal le plus sensible à la conjoncture économique, cela s’exprime dans la hausse des cours. Les importations chinoises de cuivre sont aussi très dynamiques. C’est la surprise qu’ont réservé les dernières statistiques douanières. Au mois de novembre, la Chine a importé du cuivre brut comme jamais depuis plus d’un an : 483 000 tonnes. Quant au concentré de cuivre, plus de 2 millions de tonnes ont rejoint les ports chinois, 27 % de plus que l’an dernier, un record absolu. Il faut dire que la Chine a interdit certains déchets de cuivre depuis le début de l’année, elle a donc besoin de plus de métal rouge sous d’autres formes. Autre surprise, l’amélioration de l’activité manufacturière en Chine est le signe que l’économie chinoise commence à bénéficier du stimulus fiscal et monétaire de Pékin. Tout cela profite aux cours du cuivre. La Chine, on le rappelle, consomme la moitié des disponibilités de ce métal.

Derichebourg 2,7 milliards d’euros de CA

17 décembre 2019

Le groupe Derichebourg annonce un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros pour l’exercice 2018-2019.
Derichebourg annonce pour l’exercice 2018-2019, un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros, « en diminution de 7,4% par rapport à l’exercice précédent », peut-on lire dans un communiqué de presse. Dans le détail, l’activité Services à l’environnement, « qui subit le contexte géopolitique » est en recul de 12,7% et s’établit à 1.846,7 milliards d’euros et l’activité multiservices progresse de 6,9% pour atteindre 857,6 millions d’euros.
Le groupe Derichebourg précise que « depuis les décisions de l’administration Trump mi-2018 d’imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium, les mesures tarifaires de rétorsion chinoises quelques semaines plus tard sur les importations de métaux non-ferreux en provenance des Etats-Unis et la Turquie à l’été 2018, les conditions économiques dans lesquelles opère l’activité Recyclage du groupe se sont progressivement dégradées ».

L’avenir s’éclaircit pour Ascoval Saint-Saulve

30 novembre 2019

L’aciérie Ascoval de Saint-Saulve, dans le Nord, a reçu une commande de l’usine British Steel d’Hayange, en Moselle. Une livraison pour SNCF Réseau qui éclaircit (UN PEU) l’avenir du site, six mois après la reprise par Olympus, a-t-on appris de source proche de l’entreprise. Cette commande, effective à partir de septembre 2020 et qui était attendue, porte sur la fourniture de 140.000 tonnes par an, pendant 4 ans, de blooms, des barres d’acier de section carrée, qui serviront à la fabrication de rails pour SNCF Réseau.

Les prix des ferrailles à la baisse…

16 octobre 2019

E40

Fermeture du Laminoir à Leffrinckouke (59)

2 juillet 2019

Après l’aciérie électrique en 2017, c’est son laminoir qui va fermer sur le site d’ Ascoval Leffrinckouke (59). En avril 2020, il ne restera donc que l’unité de traitement thermique et celle de parachèvement de cette usine de production d’aciers spéciaux. Ce n’est pas une surprise puisque le groupe Schmolz & Bickenbach l’avait officiellement annoncé lors de sa reprise en Janvier 2018. Après les 140 départs survenus à l’arrêt de l’aciérie, c’est donc une nouvelle vague de 50 à 60 personnes qui va arriver d’ici le 1er novembre. À court terme, le site ne devrait employer que 250 salariés.

Histoire sans fin pour Ascoval Saint-Saulve

19 juin 2019

Nouvel épisode pour l’aciérie Ascoval Saint-Saulve: ce lundi, la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg a convoqué Ascoval et son repreneur pour le vendredi 21 juin. Les magistrats s’interrogent sur la situation du groupe Britsh Steel. « La société Olympus Steel Limited a été convoquée pour être entendue sur la situation du groupe Britsh Steel et les modalités qu’ils envisagent pour exécuter le plan de cession » d’Ascoval. A suivre …

Derichebourg inaugure Bassens

12 juin 2019

Le nouveau centre de recyclage Derichebourg Environnement a été inauguré à Bassens, près de Bordeaux en Gironde. Equipée d’un broyeur, d’une unité de valorisation des réfrigérateurs, d’une cisaille pour préparer les ferrailles lourdes et d’un quai de chargement dédié au transport fluviomaritime des matières recyclées, cette nouvelle plateforme comptera jusqu’à 64 salariés en pleine activité. Le broyeur sera capable de traiter 120.000 tonnes/an, la cisaille jusqu’à 60.000 tonnes/an et la ligne de recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) sera en mesure de recycler 15.000 tonnes/an. Ces nouveaux outils sont équipés des dernières technologies de tri. Derichebourg Environnement a investi 41 millions d’euros sur ce site qui sera le premier en France à pouvoir traiter les ballons d’eau chaude et le troisième du groupe à recycler les réfrigérateurs.

(* Derichebourg Environnement compte, à ce jour, 11 sites de recyclage de D3E dans l’hexagone.)

Suivant »