Archive for the 'Transports' Category

Volkswagen: enquête préliminaire pour tromperie aggravée

2 octobre 2015

Le parquet de Paris a ouvert, vendredi 2 octobre, une enquête préliminaire pour « tromperie aggravée sur une marchandise susceptible d’être dangereuse pour la santé » à la suite du scandale concernant des logiciels sur les moteurs diesel de 11 millions de véhicules Volkswagen, dont plus de 946 000 ont été vendus en France.Print
L’enquête française a été confiée à deux services: l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) et l’Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff). La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a ouvert sa propre enquête pour déterminer si Volkswagen a manipulé ses émissions polluantes en France, comme il l’a fait aux Etats-Unis. Les résultats de cette enquête – administrative, et non pénale – sont attendus fin novembre ou en décembre. Plusieurs plaintes ont été également annoncées en France par une association écologiste, mais aussi par des propriétaires français de véhicules diesel Volkswagen et des actionnaires français du groupe.

VAG: 11 millions de véhicules truqués

30 septembre 2015

Selon la filiale française de Volkswagen, sur les 11 millions de véhicules diesel qui sont équipés d’un logiciel permettant de tromper les contrôles antipollution, 948 064 ont été vendus en France.diagnostic-auto-multimarque-vag
Dans le détail,Volkswagen France a précisé dans un communiqué publié sur son site qu’il s’agit de:
– 574 000 véhicules Volkswagen
– 189 322 Audi
– 66 572 Skoda
– 93 388 Seat
– 23 523 utilitaires
On ne connaît pas encore la date à laquelle ils ont été vendus, ni leur modèle précis. Jusqu’ici, on savait qu’à travers le monde étaient concernées : 5 millions de voitures de marque Volkswagen; 2,1 millions de berlines haut de gamme Audi ; 1,2 million de Skoda. Outre l’Allemagne et les Etats-Unis, et donc la France, les pays concernés sont la Grande-Bretagne (1,2 million), la Suède (225 000), les Pays-Bas (160 000) et le Portugal (94 400).

Lancement du projet d’amélioration des accès du Port Ouest de Dunkerque

23 mars 2015

L’Union Européenne a choisi de soutenir à hauteur de 550 000 €, les études de conception technique du projet d’amélioration des accès nautiques au port Ouest de Dunkerque. Ces travaux permettront l’accueil, dans des conditions nautiques optimales, des plus grands porte-conteneurs de la flotte mondiale et des navires minéraliers du type « Capesize » .(1)264_Soutien_Financier_UE

Ce projet porté par Dunkerque-Port contribuera à adapter l’outil portuaire aux évolutions du transport maritime, en particulier l’augmentation de la taille des navires porte-conteneurs et vraquiers. Avec la reconfiguration du Terminal à conteneurs des Flandres et la création d’un appontement au Quai à Pondéreux Ouest, le port de Dunkerque offrira de nouvelles capacités de traitement du fret maritime et des conteneurs. Le volume sera augmenté de 50% . Les études de conception technique comprendront l’adaptation du chenal d’accès au bassin de l’Atlantique, ainsi que du cercle d’évitage. Elles auront pour but de définir précisément la nouvelle bathymétrie de la zone, les caractéristiques techniques des nouvelles berges de protection, le planning des travaux et son coût. Cette phase de conception technique s’achèvera avec la sélection de l’entreprise qui exécutera les travaux. Les études, estimées à 1.09M€, ont été retenues dans le cadre de l’appel annuel RTE-T 2013, priorité « Transport maritime », pour bénéficier d’un financement européen à hauteur de 50%. Sa mise en oeuvre sera contrôlée par l’Agence exécutive pour l’innovation et les réseaux (INEA) de la Commission Européenne. Les études de conception technique seront achevées d’ici le mois de juin 2015. Une enquête publique préalable à l’autorisation au titre du code de l’environnement est prévue en juin 2015. Les travaux d’élargissement du cercle d’évitage et du chenal d’accès au bassin de l’Atlantique débuteront au dernier trimestre 2015 pour une durée de six mois.

(1) Les navires de taille Capesize sont les navires trop gros pour passer par le canal de Suez ou le canal de Panamá, donc dépassant les tailles Panamax et Suezmax. Ils doivent emprunter le cap de Bonne-Espérance pour contourner l’Afrique et le cap Horn pour contourner l’Amérique.

La voiture électrique reste anecdotique

5 janvier 2015

Si le marché automobile français n’a pas connu de redémarrage en 2014, un secteur de niche a enregistré une belle progression : celui des voitures électriques. Leurs immatriculations ont progressé de 20 % l’an passé, quand, dans le même temps, les immatriculations de voitures neuves n’ont progressé que de 0,3 % en 2014.vraiment-ecologique

Au total, 10 560 voitures particulières électriques ont été immatriculées sur l’année, contre 8 779 en 2013, selon les chiffres communiqués lundi 5 janvier par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Mais, en part de marché, les voitures électriques restent encore anecdotiques, représentant 0,59 % de 1,79 million de voitures neuves immatriculées en 2014, selon les chiffres du CCFA.Deux facteurs peuvent expliquer cette forte progression. Le gouvernement a multiplié l’an passé les annonces sur le développement des bornes de recharge et des incitations fiscales à remplacer des vieilles voitures diesel par des autos électriques. En outre, plusieurs constructeurs ont adopté des mesures commerciales agressives, offrant par exemple des locations longue durée à partir de 169 euros par mois tout compris, après apport initial. cat-voiture-electrique

Renault s’est arrogé plus de la moitié des ventes de voitures particulières électriques avec sa petite Zoé, qui s’est écoulée à 5 970 exemplaires. Suit son partenaire Nissan, dont la voiture moyenne Leaf a séduit 1 604 acheteurs. La Bluecar de Bolloré, essentiellement dévolue aux solutions de location à l’heure dans des grandes villes (dont Autolib’ à Paris), a quant à elle obtenu 1 170 immatriculations.

La firme américaine Tesla a pour sa part vendu 328 exemplaires de sa luxueuse berline Model S, à partir de 60 000 euros, en faisant le cinquième modèle électrique le plus diffusé, après la citadine Smart (groupe Daimler), dont 509 modèles ont été mis sur la route. Alors que la faible autonomie des voitures électriques reste un frein à l’achat, Tesla affirme que ses Model S peuvent couvrir jusqu’à 500 kilomètres entre deux recharges.

(AFP)

Le pétrole au plus bas

12 décembre 2014

Les cours du pétrole sont passés sous le seuil psychologique des 60 dollars, jeudi 11 décembre, et ils ont poursuivi leur recul vendredi 12 décembre dans la matinée. Sur les marchés asiatiques, le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en janvier perdait ainsi 86 cents, à 59,09 dollars vendredi.d117d8bb21_puit-petrole-wiki

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance cédait quant à lui 52 cents, à 63,16 dollars.Jeudi, le WTI avait clôturé à 59,95 dollars, du jamais vu depuis plus de cinq ans sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), en baisse de 99 cents. À Londres, le Brent avait aussi fini à son plus bas niveau depuis juillet 2009, à 63,68 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE).

27 et 28 octobre le BIR à PARIS

22 octobre 2014

The Bureau of International Recycling (BIR) is the only global recycling industry association representing more than 850 companies and 40 affiliated federations from 70 different countries. Its members are world leaders in the supply of raw materials and a key pillar for sustainable economic development.

Hausse du Gas Oil: les routiers consultent…

16 octobre 2014

Présentée comme une solution temporaire pour compenser l’abandon de l’écotaxe, la hausse du gazole de 4 centimes va s’appliquer à tous « dès le 1er janvier, dès lors qu’elle aura été votée par le Parlement », a annoncé jeudi 16 octobre le secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies. Directement concernés par la mesure, les routiers ne l’entendent pas ainsi.
Cette hausse est simplement « une piste de travail. (…) Nous avons réservé notre réponse sur cette proposition. On va consulter nos instances », a indiqué Nicolas Paulissen, délégué général de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR). « C’est une solution qui était dans l’air et qui paraît simple à mettre en œuvre. Pour autant, nos problèmes de compétitivité restent entiers » a-t-il ajouté, soulignant qu’une réponse des transporteurs pourrait être apportée à la fin du mois. Selon Europe 1, la FNTR, dont les représentants étaient reçus jeudi matin par Alain Vidalies  pour trouver une alternative à l’écotaxe, aurait donné son accord de principe à la hausse du gas oil.

Fin de vie pour la « Jeanne d’Arc »

13 octobre 2014

Le mythique navire-école de la Marine nationale, la «Jeanne d’Arc», effectue son dernier voyage depuis Brest jusqu’à Bordeaux où il sera déconstruit, mettant définitivement un terme à sa longue carrière d’ambassadeur de la France aux quatre coins du globe.

Considéré depuis son désarmement en 2010 comme une simple coque, l’ancien porte-hélicoptère a quitté en début d’après-midi samedi 11 octobre, la base navale de Brest pour Bassens, près de Bordeaux, où il sera démantelé par Veolia Propreté, la filiale de Veolia spécialisée dans la déconstruction navale. La coque de 181 mètres aux lignes racées avec un bloc passerelle à l’avant et une grande plate-forme porte-hélicoptère à l’arrière sera emmenée à Bassens par un remorqueur, après son dernier voyage de quelques jours.

Construite à l’arsenal de Brest de 1959 à 1964, la «vieille dame», comme l’appelaient affectueusement les marins du bord, était cependant en pré-retraite depuis 2004. «C’est un bateau très, très esthétique, qui a toujours eu une silhouette moderne malgré son âge», juge Bernard Prézelin, auteur de l’annuaire naval de référence Flottes de combat, rappelant le «rôle d’ambassadeur» du navire auprès de tous les pays visités. Durant ses 46 ans de carrière, la Jeanne d’Arc a effectué 800 escales, sillonné 84 pays et parcouru 3,25 millions de kilomètres, soit l’équivalent de 79 tours du monde. Elle a en outre formé des milliers d’élèves officiers.

C’est une page de l’histoire de la marine nationale qui se tourne définitivement!

Stéphane Raison à la tête du port de Dunkerque

28 juillet 2014

Stéphane Raison, ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts, vient d’être nommé Président du Directoire du Grand Port Maritime de Dunkerque (GPMD) par décret du Président de la République, en date du 25 juillet 2014.

Réunis le vendredi 23 mai dernier, les membres du Conseil de Surveillance du GPMD avaient émis à l’unanimité un avis favorable à la candidature de Stéphane Raison au poste de Président du Directoire. Stéphane RAISON (44 ans) était, depuis 2013, Président du Directoire du Grand Port Maritime de La Réunion après en avoir été le pré-figurateur pour sa mise en place, en 2012. Auparavant, Stéphane Raison était Directeur Général par intérim du Grand Port Maritime de Dunkerque (GPMD), entre août 2011 et mars 2012 ; Directeur de l’Aménagement et de l’Environnement du GPMD, de janvier 2009 à mars 2012.

Le port de Dunkerque en quelques mots:

3ème port français, le port de Dunkerque est réputé comme port de grands vracs destinés à ses nombreuses implantations industrielles. Il s’illustre également sur d’autres segments tels le roulier transmanche sur la Grande-Bretagne, les conteneurs, les fruits… Classé 7ème port du Range nord européen qui s’étend du Havre à Hambourg, il est aussi le 1er port français d’importation des minerais et de charbon ; 1er port français pour l’importation de fruits en conteneurs ; 2nd port français pour les échanges avec la Grande-Bretagne.

Une loi pour les véhicules électriques

23 juillet 2014

Le Parlement a définitivement adopté, dans la nuit de mardi 22 à mercredi 23 juillet, par un vote de l’Assemblée nationale, une proposition de loi socialiste destinée à favoriser les véhicules électriques en accélérant le déploiement de bornes de recharge.
Le texte, déjà adopté par les députés le 6 mai, avait ensuite fait l’objet de la part du Sénat de légères modifications, que l’Assemblée a acceptées. Pour favoriser l’usage des véhicules électriques afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et consolider le développement de cette industrie, il faut que les utilisateurs soient assurés de pouvoir facilement recharger leurs véhicules, ce qui nécessite le déploiement d’un réseau d’infrastructures de bornes, selon les auteurs du texte.
Aujourd’hui, cette mission est confiée aux seules communes. La proposition de loi prévoit d’exonérer de redevance l’opérateur de l’Etat qui implante, dans le cadre d’un projet national, des bornes de recharge de véhicules électriques sur le domaine public. Elle a pour objectif de doubler d’ici à la fin de l’année le nombre de points de recharge, qui s’élevait à 8 000 à la fin de 2013.

« Précedent - Suivant »