Archive for the 'Énergie' Category

La COP 21

30 novembre 2015

COP 21

Décès de Claude Dauphin

1 octobre 2015

 Claude Dauphin, le très influent courtier des métaux et du pétrole qui avait fait de Trafigura l’une des toutes premières sociétés de négoce mondiales, est décédé mercredi 30 septembre d’un cancer à l’âge de 64 ans.  15318-trafigura-claude-dauphin

Le très discret et très actif courtier français est mort à Bogota « où il inspectait de nouveaux locaux de Trafigura. Il laisse une épouse et trois enfants », a dit la société suisse dans un communiqué. Claude Dauphin était la 32e fortune de France, avec un patrimoine évalué à 1,4 milliard de dollars en net, selon le magazine Forbes. Il avait démissionné de la direction générale de Trafigura en 2014 pour suivre un traitement médical. Depuis lors, Trafigura était dirigé par Jeremy Weir, un géologue australien à la formation bancaire, encore que Claude Dauphin restait président exécutif et continuait de voyager. Sous sa direction, Trafigura, à l’origine un courtier en métaux d’Amérique latine très spécialisé, est devenu en l’espace de 20 ans l’un des trois premiers négociants mondiaux de matières premières.

Claude Dauphin a démarré sa carrière dans le groupe familial de recyclage, GDE basé en Normandie et dirigé alors par son père Guy Dauphin, avant de rejoindre en 1977  la société de courtage de Marc Rich, futur fondateur de Glencore. Après en avoir dirigé les activités en Bolivie, il prend la tête des activités métaux. En 1988, il est promu à la tête du département pétrole et entre au comex.  En 1992, au décès de son père, il quitte Marc Rich pour fonder l’année suivante, avec Eric de Turckheim  et trois autres associés, la société de négoce Trafigura, qu’il hissera au troisième rang mondial derrière Vitol et Glencore.

 

 

 

 

 

Sursis pour la grande barrière de corail

5 août 2015

La justice australienne a donné un coup d’arrêt, mercredi 5 août, à un vaste projet minier du groupe indien Adani qui menace d’après les défenseurs de l’environnement la Grande Barrière de corail, classée au Patrimoine de l’humanité.AUSTRALIA-ENVIRONMENT-REEF-COAL

Ce projet visait à exploiter une gigantesque mine de charbon dans l’Etat du Queensland et à créer une extension d’un port proche de la Grande Barrière de corail afin d’exporter le charbon ainsi extrait. Cette décision a été saluée par les écologistes, mais le groupe indien a immédiatement fait part de sa détermination à aller de l’avant dans la réalisation de ce projet dans lequel il prévoit d’investir 16,5 milliards de dollars australiens (11,08 milliards d’euros). Selon le ministère de l’environnement, la décision de la justice a été motivée par la possibilité que l’argumentaire fourni par le groupe Adani n’ait pas répondu à l’ensemble des critères techniques requis. « Il s’agit d’un problème technique et administratif », selon le ministère, qui souligne que le feu vert devrait être « reconsidéré » mais que cela ne « nécessitait pas de revoir la procédure dans son entier »

C’est en juillet 2014 que l’Australie avait donné son feu vert à Adani pour l’exploitation de cette mine devant produire, chaque année, 60 millions de tonnes de charbon thermique dans le centre du Queensland, pour la construction d’une liaison ferroviaire de 189 kilomètres et pour l’extension d’un port de charbon à Abbot Point. Des associations de défense de l’environnement avaient contesté cette décision, en faisant valoir que le projet allait générer de grandes quantités de gaz à effet de serre, ses conséquences négatives sur des espèces vulnérables et « le piètre bilan environnemental » du groupe indien. Elles avaient également jugé que le projet aurait des conséquences négatives sur la Grande Barrière de corail du fait de l’exportation du charbon via Abbot Point et dénoncé son impact en termes de climat.Oil is seen next to the 230m-long bulk coal carrier Shen Neng I about 70 km east of Great Keppel Island

En 2013, l’Unesco s’était inquiétée des menaces croissantes pesant sur la Grande Barrière, le plus grand site corallien du monde, d’une très grande richesse marine, inscrit depuis 1981 au Patrimoine de l’humanité. L’Australie a présenté un plan de préservation sur trente-cinq ans qui interdit, de manière totale et définitive, tout déversement de déchets de dragage aux abords du site et fixe des objectifs en matière d’amélioration de la qualité de l’eau et de protection de la vie marine. En juillet, l’Unesco a décidé de ne pas inscrire cette attraction touristique majeure sur sa liste du patrimoine en péril.

(Source AFP)

Accord de 18,7 milliards de dollars pour BP

2 juillet 2015

Le géant pétrolier BP a annoncé jeudi 2 juillet un accord de principe avec la justice américaine prévoyant le versement de 18,7 milliards de dollars (16, 9 milliards d’euros) pour solder les poursuites intentées par l’État fédéral ainsi que par cinq États riverains du golfe du Mexique frappés par la marée noire de 2010 (Louisiane, Mississippi, Alabama, Texas, Floride). RTEmagicC_45674_maree-noire-infographie-ide_txdam36127_9dd4e4La ministre de la justice américaine Loretta Lynch a aussitôt salué « le plus gros accord (d’indemnisation) jamais conclu avec une entreprise dans l’histoire américaine ». « Il réparera les dommages causés à l’économie du golfe (du Mexique), l’industrie de la pêche et la faune », a-t-elle ajouté, dans un communiqué.

L’accord comprend :

  • 5,5 milliards de dollars de pénalité civile ;
  • 7,1 milliards de dollars payés à l’État fédéral et aux cinq États concernés pour les dommages à l’environnement (ainsi que 232 millions pour couvrir d’éventuels dommages encore inconnus);
  • 4,9 milliards de dollars supplémentaires pour compenser les conséquences économiques négatives de la marée noire ;
  • un milliard pour faire face aux demandes des autorités locales.golfe-mexique-278877-jpg_166470

Avec ces nouvelles sommes, dont le paiement sera étalé sur 15 à 18 années, la facture de la marée noire approche désormais les 54 milliards de dollars (48, 7 milliards d’euros) pour BP. L’explosion survenue le 20 avril 2010 sur la plateforme Deepwater Horizon, dans le golfe du Mexique, avait causé la mort de 11 personnes et provoqué pendant près de trois mois une fuite à l’origine d’une marée noire sur le littoral.

Environord Lille les 10 et 11 juin

26 mai 2015

Environord, le congrès des éco-technologies pour le futur, se déroulera à Lille Grand palais les 10 et 11 juin 2015.jean-louis-etienne-4267379bscxl

Il réunit plus de 800 congressistes. Associant prospective et solutions innovantes, ce rendez-vous présente des témoignages et technologies développées par des collectivités, des entreprises privées, des industriels, des centres de recherche et experts autour de l’évolution des éco-technologies et de leurs impacts sur le futur. Temps fort pour cette édition, la conférence plénière, organisée le mercredi 10 juin à 17h, accueillera comme Grand Témoin Jean-Louis Etienne, médecin et explorateur spécialiste des pôles, qui apportera son expertise sur une problématique d’actualité : « À l’aune de la COP21, comment de nouveaux modèles de développement peuvent répondre aux défis climatiques ? ». Entouré d’industriels et de représentants politiques, il livrera son regard sur le changement climatique et les changements de comportement nécessaires. Le nouveau projet porté par Jean-Louis Etienne, Polar Pod, est une plateforme habitée, conçue pour séjourner tout autour de l’Antarctique, dans les 50e hurlants. Cette station océanique, conçue comme un bateau, mettra deux à trois ans à faire le tour du globe, poussée par les courants marins, proches de l’Antarctique. Le projet est très attendu des scientifiques qui pourront y étudier les échanges atmosphères et océan, la capacité de l’océan austral à piéger le gaz carbonique.

Docteur en médecine, spécialiste de nutrition et de biologie du sport, Jean-Louis Étienne a participé à de nombreuses expéditions en Himalaya, au Groenland, en Patagonie et à la course autour du monde sur Pen Duick VI avec Eric Tabarly (1977-78). En 1986, il est le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire, tirant lui-même son traîneau pendant 63 jours. Infatigable défenseur de la planète, il mène depuis vingt ans des expéditions à vocation pédagogique pour faire connaître les régions polaires et comprendre le rôle qu’elles jouent sur la vie et le climat de la terre. En avril 2010, il réussit la première traversée de l’océan Arctique en ballon.

envi

La Chine: premier importateur de pétrole de la planète

11 mai 2015

Dans un basculement historique, la Chine est devenue, en avril, le premier importateur de pétrole de la planète, devançant les Etats-Unis.china-oil-hands-soif-petrole

La République populaire a importé 7,37 millions de barils par jour sur le mois, devançant les 7,2 millions de barils achetés par les Américains. Les importations des Etats-Unis pourraient reprendre la première place temporairement dans le courant de l’année, mais ce changement reflète une tendance de fond. Le recours aux gaz de schiste a durablement réduit les importations américaines, tandis que la demande chinoise ne cesse de croître. Pékin a profité de la chute du cours de l’or noir sur l’année écoulée pour remplir ses réserves, à quoi s’ajoute un facteur politique depuis le printemps : la signature d’un accord sur le nucléaire iranien a poussé la Chine à augmenter ses commandes à Téhéran. La Chine est déjà le premier consommateur d’énergie au monde (depuis 2010), même si, par habitant, elle reste loin derrière les Etats-Unis (quatre fois plus) ou certains Etats du Golfe arabo-persique. Les Chinois sont aussi, depuis 2008, les premiers émetteurs de CO2 de la planète, suivis par les Américains et les Indiens.

  • Économie , Énergie
  • Commentaires fermés sur La Chine: premier importateur de pétrole de la planète

BIR – DUBAI (UAE) du 17 au 20 mai 2015

11 février 2015

ATT00001

La voiture électrique reste anecdotique

5 janvier 2015

Si le marché automobile français n’a pas connu de redémarrage en 2014, un secteur de niche a enregistré une belle progression : celui des voitures électriques. Leurs immatriculations ont progressé de 20 % l’an passé, quand, dans le même temps, les immatriculations de voitures neuves n’ont progressé que de 0,3 % en 2014.vraiment-ecologique

Au total, 10 560 voitures particulières électriques ont été immatriculées sur l’année, contre 8 779 en 2013, selon les chiffres communiqués lundi 5 janvier par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Mais, en part de marché, les voitures électriques restent encore anecdotiques, représentant 0,59 % de 1,79 million de voitures neuves immatriculées en 2014, selon les chiffres du CCFA.Deux facteurs peuvent expliquer cette forte progression. Le gouvernement a multiplié l’an passé les annonces sur le développement des bornes de recharge et des incitations fiscales à remplacer des vieilles voitures diesel par des autos électriques. En outre, plusieurs constructeurs ont adopté des mesures commerciales agressives, offrant par exemple des locations longue durée à partir de 169 euros par mois tout compris, après apport initial. cat-voiture-electrique

Renault s’est arrogé plus de la moitié des ventes de voitures particulières électriques avec sa petite Zoé, qui s’est écoulée à 5 970 exemplaires. Suit son partenaire Nissan, dont la voiture moyenne Leaf a séduit 1 604 acheteurs. La Bluecar de Bolloré, essentiellement dévolue aux solutions de location à l’heure dans des grandes villes (dont Autolib’ à Paris), a quant à elle obtenu 1 170 immatriculations.

La firme américaine Tesla a pour sa part vendu 328 exemplaires de sa luxueuse berline Model S, à partir de 60 000 euros, en faisant le cinquième modèle électrique le plus diffusé, après la citadine Smart (groupe Daimler), dont 509 modèles ont été mis sur la route. Alors que la faible autonomie des voitures électriques reste un frein à l’achat, Tesla affirme que ses Model S peuvent couvrir jusqu’à 500 kilomètres entre deux recharges.

(AFP)

Le pétrole au plus bas

12 décembre 2014

Les cours du pétrole sont passés sous le seuil psychologique des 60 dollars, jeudi 11 décembre, et ils ont poursuivi leur recul vendredi 12 décembre dans la matinée. Sur les marchés asiatiques, le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en janvier perdait ainsi 86 cents, à 59,09 dollars vendredi.d117d8bb21_puit-petrole-wiki

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance cédait quant à lui 52 cents, à 63,16 dollars.Jeudi, le WTI avait clôturé à 59,95 dollars, du jamais vu depuis plus de cinq ans sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), en baisse de 99 cents. À Londres, le Brent avait aussi fini à son plus bas niveau depuis juillet 2009, à 63,68 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE).

27 et 28 octobre le BIR à PARIS

22 octobre 2014

The Bureau of International Recycling (BIR) is the only global recycling industry association representing more than 850 companies and 40 affiliated federations from 70 different countries. Its members are world leaders in the supply of raw materials and a key pillar for sustainable economic development.

« Précedent - Suivant »