Archive for the 'Environnement' Category

L’économie chinoise au ralenti

10 février 2020

La Chine connait un semblant de reprise du travail ce lundi dans une atmosphère bouleversée par le nouveau coronavirus, dont le bilan dépasse désormais les 900 morts. economie-les-provinces-chinoises-face-au-coronavirusL’économie y est au ralenti, le pays s’isole et le monde redoute une crise économique. Deux semaines et demi après le congé du Nouvel an chinois, le pays reste largement paralysé par la psychose de la pneumonie virale et le patron de l’OMS a averti dimanche que l’épidémie mondiale n’avait peut-être pour l’heure que révélé « la partie émergée de l’iceberg ». Plusieurs régions, abritant des dizaines de millions d’habitants, restent soumises à des restrictions de déplacement, notamment le Hubei, la province d’où est parti le virus, placée de facto en quarantaine depuis le 23 janvier. Mais plusieurs villes et provinces ont décrété la reprise du travail au 11 février, même si les étudiants restent en vacances et que les entreprises sont incitées à laisser leurs employés travailler à domicile. Le nouveau coronavirus a fait 908 morts en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), où le nombre des personnes infectées dépasse les 40.000, selon le dernier bilan établi lundi par les autorités, confirmant une certaine stabilité dans la progression de l’épidémie. Au cours des dernières 24 heures, 97 nouveaux décès ont été répertoriés en Chine continentale, dont 91 dans le Hubei. Le pays a dénombré plus de 3.000 nouveaux cas de contamination. Le virus 2019-nCoV, apparu en décembre sur un marché de Wuhan, la capitale du Hubei, a en outre tué deux personnes dans le monde, une aux Philippines et une autre à Hong Kong. Le bilan mondial de 910 morts dépasse désormais largement celui du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras), qui avait fait 774 morts dans le monde en 2002-2003.

(AFP)

FRN N°120 Décembre 2019

Goodbye 2019, welcome 2020 !

27 décembre 2019

Voeux FRN

Paprec inaugure le site de Chassieu (69)

27 décembre 2019

À Chassieu, le groupe Paprec, spécialiste du traitement des déchets, triera chaque année entre 50 000 et 70 000 tonnes de déchets issus de la collecte sélective opérée dans l’agglomération lyonnaise, mais aussi dans d’autres villes de la région. Plus de 11000 mètres carrés de terrain, 8000 mètres carrés couverts et quelques 60 000 tonnes de déchets triés en cinq jours.

Les chiffres sont à la mesure du défi environnemental relevé par la toute nouvelle usine du groupe Paprec à Chassieu. Ce site en service depuis fin août, a nécessité 25 millions d’euros d’investissement. Il est l’un des quatre plus importants sites de retraitement de Paprec Group en France. Mais au-delà des chiffres, ce sont les technologies des équipements qui devraient en faire un site de référence en matière de tri. « Nous sommes sur l’une des usines les plus modernes de France », affirme Stéphane Leterrier, directeur général adjoint de Paprec Group.
Baptisée Trivalo 69, l’usine de Chassieu est équipée de trieurs optiques capables de séparer les déchets, grâce à une reconnaissance infrarouge. Par ailleurs, un robot permet d’aller chercher les dernières matières valorisables. « Aujourd’hui 95 à 97% des opérations de tri sont réalisées mécaniquement, ce qui ne signifie pas que nous pouvons nous passer des compétences des hommes, spécialement pour réaliser les opérations de contrôle qualité et affiner le tri », explique le directeur général adjoint de Paprec Group. Ce process opéré à travers des machines et des tapis de tri, permet de valoriser la quasi-totalité des déchets issus de la collecte sélective, afin de les remettre dans les circuits de production. « Les matières issues du recyclage sont les nouvelles matières premières du XXième siècle », estime Jean-Luc Petithuguenin, président de Paprec Group. Et même si la réduction de la production de déchets reste l’objectif ultime des défenseurs de l’environnement, la matière première recyclée semble une source inépuisable. A Chassieu, l’usine Paprec est ainsi déjà pratiquement saturée. « Nous avons installé cette usine d’abord pour traiter les déchets issus de la collecte de l’agglomération de Lyon, car nous avons gagné l’appel d’offres de la métropole. Nous traiterons aussi sur ce site des déchets en provenance de collectivités de l’Ain, du Rhône, de l’Isère et de la Loire », indique Stéphane Leterrier. Ainsi, chaque année, plus de 40 000 tonnes de déchets issus de la métropole de Lyon seront traités à Chassieu. En ajoutant ceux des collectivités voisines, le site retraitera environ 53 000 tonnes de déchets dès les prochains mois. Et en 2020, il assurera le tri de déchets venus du bassin de Clermont-Ferrand, le temps que l’usine locale soit modernisée. Au final, l’an prochain 70 000 tonnes de déchets devraient transiter par Chassieu pour être triés avant d’être remis dans les circuits de production. La capacité de tri du site sera alors à son apogée.

Sylviane Troadec élue au sein de Federec

17 décembre 2019

Le 4 décembre dernier, Sylviane Troadec, directrice déléguée de Paprec Group, a été élue présidente de la commission sociale de la Fédération des entreprises du recyclage, Federec.sylviane-troadec-est-elue-presidente-commission-sociale-federec_620x350
Sylviane Troadec succède à Pascal Secula à la tête de la commission sociale de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). « C’est à la directrice déléguée de Paprec Group que revient désormais la mission de poursuivre le dialogue de confiance [établi par Pascal Secula], créateur de normes conventionnelles adaptées aux spécificités et enjeux de la profession », explique Federec dans un communiqué. Sylviane Troadec a rejoint Paprec Group en 2001 pour créer les fonctions RH, Qualité, Environnement et Sécurité. Par ailleurs, Luc Ducournau, directeur général délégué Praxy Centre, succède à Bernard Favory à la tête de la commission emploi formation.

Derichebourg 2,7 milliards d’euros de CA

17 décembre 2019

Le groupe Derichebourg annonce un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros pour l’exercice 2018-2019.
Derichebourg annonce pour l’exercice 2018-2019, un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros, « en diminution de 7,4% par rapport à l’exercice précédent », peut-on lire dans un communiqué de presse. Dans le détail, l’activité Services à l’environnement, « qui subit le contexte géopolitique » est en recul de 12,7% et s’établit à 1.846,7 milliards d’euros et l’activité multiservices progresse de 6,9% pour atteindre 857,6 millions d’euros.
Le groupe Derichebourg précise que « depuis les décisions de l’administration Trump mi-2018 d’imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium, les mesures tarifaires de rétorsion chinoises quelques semaines plus tard sur les importations de métaux non-ferreux en provenance des Etats-Unis et la Turquie à l’été 2018, les conditions économiques dans lesquelles opère l’activité Recyclage du groupe se sont progressivement dégradées ».

Derichebourg inaugure Bassens

12 juin 2019

Le nouveau centre de recyclage Derichebourg Environnement a été inauguré à Bassens, près de Bordeaux en Gironde. Equipée d’un broyeur, d’une unité de valorisation des réfrigérateurs, d’une cisaille pour préparer les ferrailles lourdes et d’un quai de chargement dédié au transport fluviomaritime des matières recyclées, cette nouvelle plateforme comptera jusqu’à 64 salariés en pleine activité. Le broyeur sera capable de traiter 120.000 tonnes/an, la cisaille jusqu’à 60.000 tonnes/an et la ligne de recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) sera en mesure de recycler 15.000 tonnes/an. Ces nouveaux outils sont équipés des dernières technologies de tri. Derichebourg Environnement a investi 41 millions d’euros sur ce site qui sera le premier en France à pouvoir traiter les ballons d’eau chaude et le troisième du groupe à recycler les réfrigérateurs.

(* Derichebourg Environnement compte, à ce jour, 11 sites de recyclage de D3E dans l’hexagone.)

Les frontières se ferment pour les déchets

14 avril 2019

Après la Chine et la Malaisie, l’Inde vient d’interdire l’importation de déchets plastique. La Thaïlande les interdira en 2020 et le Vietnam en 2025. Les volumes entrants de déchets ont augmenté considérablement dans ces pays depuis la fermeture des frontières chinoises aux déchets non triés en 2017. Et aucun d’entre eux ne dispose de capacités suffisantes de recyclage pour faire face à cet afflux massif.

FRN N°109 – JANVIER 2019

4 février 2019

FRN N°109- JANVIER 2019

FRN N°109

Paprec rachète TER

8 janvier 2019

Nouvelle acquisition pour Paprec! Le spécialiste français de la gestion des déchets vient de racheter Tri Environnement Recyclage (TER). L’entreprise appartenait à Marcel Solarz, un des précurseurs français en matière de récupération, qui avait créé CDI acheté par Paprec en 2010 puis TER.

« Né en 1936, l’entrepreneur encore actif souhaitait passer la main à un groupe spécialiste du recyclage avec les capacités de conserver ses équipes et continuer le développement de l’entreprise qu’il a créée », souligne Jean-Luc Petithuguenin, Président-Fondateur de Paprec Group.paprec_idf_sud_villeneuve_le_roi_vue_aerienne_paprec_idf_sud_171853370 Comptant  actuellement 90 personnes, le site est basé à Athis-Mons dans l’Essonne. Dédié aux clients industriels, il collecte chaque année 220 000 tonnes de déchets divers (notamment papier et déchets industriels banals), pour un chiffre d’affaires de 32 millions d’euros. « Le choix de Marcel Solarz de vendre à Paprec  est le signe de l’expertise de ce groupe et de la confiance qu’il fait en notre professionnalisme pour poursuivre le développement de l’affaire qu’il a créée », commente Luc Geffrault, nommé Directeur général de TER. « Je compte continuer de m’appuyer sur les expertises des équipes de TER et plus particulièrement de celle de Marylise Boutoille qui continuera sa mission de directrice de TER », poursuit le directeur général.  « A plus de 82 ans, des soucis de santé m’incitent à passer la main pour cette entreprise dans laquelle j’ai mis le meilleur de moi-même. J’ai participé à développer la récupération en France depuis les années 50. C’est un parcours incroyable de plus de 60 ans dans cette profession ! Désormais, je confie la destinée de mon entreprise à celui qui a fait passer nos métiers de la récupération au recyclage avec une vraie volonté d’industrialisation et d’innovation. Avec la montée des investissements, la concentration de nos métiers est inévitable et même inéluctable », déclare Marcel Solarz.

A propos de Paprec: Le groupe a été fondé et est dirigé depuis sa création par Jean-Luc Petithuguenin. Avec l’acquisition de Coved, réalisée en avril 2017, le leader français du recyclage s’impose désormais comme le spécialiste de la gestion globale des déchets. Il est passé en 25 ans de 45 à 8500 collaborateurs et collaboratrices répartis sur plus de 200 sites en France et en Suisse. Son chiffre d’affaires atteint 1,5 milliard d’euros.002c6be9488161795129ed657b06927d_L
Présent sur l’ensemble des filières existantes, le groupe est N°1 du recyclage des plastiques, du papier, du carton, des déchets du bâtiment ainsi que du tri de la collecte sélective des ménages. Il est N°2 du recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques, N°3 pour les déchets verts, le bois, la biomasse et les déchets industriels banals.
Paprec Group est connu et reconnu depuis sa création pour son engagement en faveur de la diversité, de la laïcité et de la lutte contre toutes les formes de discriminations dans l’entreprise. Paprec Group a ainsi reçu en octobre 2016 le trophée global Axa des entreprises responsables. Jean-Luc Petithuguenin a par ailleurs remporté en Novembre 2016 le prix de l’Entrepreneur de l’année décerné lors des BFM Business Awards.

Suivant »