Archive for the 'Industrie' Category

U.S. Steel dans le rouge

29 juin 2020

Le sidérurgiste américain U.S. Steel a émis un gros « profit warning« * en raison de la crise du Covid-19, et a annoncé un projet de levée de fonds de plus de 500 M$ pour renforcer son bilan. L’action U.S. Steel a plongé de 10,4% mercredi à Wall Street, après que le sidérurgiste américain a indiqué s’attendre désormais à des pertes bien plus importantes que prévu pour son 2e trimestre fiscal en cours. Le sidérurgiste prévoit ainsi pour ce trimestre, qui s’achèvera fin juin, à une perte nette de 3,06$ par action contre une perte de 1,73$ attendue par le consensus FactSet. Le groupe a expliqué qu’une « partie significative » de son outil de production est restée à l’arrêt pendant le trimestre en raison de l’épidémie de Covid-19. Après la clôture, U.S. Steel a en outre annoncé une augmentation de capital de 57,5 millions de titres, soit environ 517 millions de dollars, en vue de « renforcer son bilan, accroître ses liquidités et faire face à ses dépenses générales ». Le titre cédait encore près de 5% dans les cotations post-séance après cette annonce.Le 30 avril dernier, U.S. Steel avait déjà fait état d’une perte de 391 millions de dollars au titre du premier trimestre 2020, soit 2,3$ par action, et 0,73$ en données ajustées des éléments exceptionnels.

*Le profit warning ou avertissement sur résultats sont les termes utilisés pour désigner l’avertissement émis par une entreprise pour alerter les actionnaires sur de mauvais résultats.

(Boursier.com)

Le cuivre à la hausse…

9 avril 2020

Hausse des cours du cuivre soutenus par un bon chiffre de l’activité manufacturière en Chine, premier importateur mondial de matières premières.cuivre2
« Les principaux producteurs de cuivre asiatiques ont annoncé ces derniers jours qu’ils avaient l’intention d’augmenter considérablement leur activité », a rapporté Daniel Briesemann, analyste de Commerzbank. « La plus grande fonderie de cuivre chinoise prévoit d’augmenter sa production de 6 % pour atteindre 1,65 million de tonnes, tandis que la deuxième fonderie japonaise envisage même une hausse de près de 11 % pour atteindre 450.000 tonnes », a-t-il ajouté, avant de nuancer « l’optimisme » de ces chiffres. « Le cuivre a dû encaisser tellement de mauvaises nouvelles, sans pour autant marquer le pas, que j’ai l’impression qu’à moins d’une nouvelle chute significative des marchés boursiers, il devrait pouvoir relever le défi de renouer avec le seuil psychologique des 5.000 dollars », indiquait dès vendredi dernier, Ole Hansen pour la Saxo Bank. (Boursorama)

Entreprises et coronavirus

1 avril 2020

Face à la crise du coronavirus, 507.000 entreprises de moins de 50 salariés ont demandé un report de leur échéance de paiement des cotisations sociales, a annoncé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin dans une interview au Figaro. En cause? Des difficultés de trésorerie alors que beaucoup sont arrêtées ou tournent au ralenti. C’est dans ce contexte que le gouvernement prévoit de faire “appel à la solidarité nationale”, à travers le lancement d’une plateforme de dons en ligne. Celle-ci doit permettre aux entreprises et aux particuliers d’alimenter le fonds de solidarité créé par l’Etat afin de soutenir les sociétés les plus affectées par la crise sanitaire.

Le recyclage et le coronavirus

1 avril 2020

Coronavirus : Le recyclage, reconnu comme secteur prioritaire, poursuit majoritairement son activité, selon l’état des lieux de Federec (le syndicat professionnel qui rassemble les entreprises du recyclage).

Selon une étude lancée par cette fédération auprès des entreprises, 71% d’entre elles ont déclaré être ouvertes et assurer une activité, avec 4 établissements sur 5 ouverts. 73% des déchèteries professionnelles sont ouvertes, de même que 60% des centres de tri. 94% fonctionnent en mode dégradé. 70% de déchets collectés sont d’origine industrielle, avec donc une forte baisse de ce gisement en raison de l’arrêt de nombreuses industries, hormis agroalimentaire.

*l’économie du  recyclage représente 1000 entreprises , pour un chiffre d’affaires de 9,04 Milliards d’euros.

FRN N°120 Décembre 2019

Goodbye 2019, welcome 2020 !

27 décembre 2019

Voeux FRN

Paprec inaugure le site de Chassieu (69)

27 décembre 2019

À Chassieu, le groupe Paprec, spécialiste du traitement des déchets, triera chaque année entre 50 000 et 70 000 tonnes de déchets issus de la collecte sélective opérée dans l’agglomération lyonnaise, mais aussi dans d’autres villes de la région. Plus de 11000 mètres carrés de terrain, 8000 mètres carrés couverts et quelques 60 000 tonnes de déchets triés en cinq jours.

Les chiffres sont à la mesure du défi environnemental relevé par la toute nouvelle usine du groupe Paprec à Chassieu. Ce site en service depuis fin août, a nécessité 25 millions d’euros d’investissement. Il est l’un des quatre plus importants sites de retraitement de Paprec Group en France. Mais au-delà des chiffres, ce sont les technologies des équipements qui devraient en faire un site de référence en matière de tri. « Nous sommes sur l’une des usines les plus modernes de France », affirme Stéphane Leterrier, directeur général adjoint de Paprec Group.
Baptisée Trivalo 69, l’usine de Chassieu est équipée de trieurs optiques capables de séparer les déchets, grâce à une reconnaissance infrarouge. Par ailleurs, un robot permet d’aller chercher les dernières matières valorisables. « Aujourd’hui 95 à 97% des opérations de tri sont réalisées mécaniquement, ce qui ne signifie pas que nous pouvons nous passer des compétences des hommes, spécialement pour réaliser les opérations de contrôle qualité et affiner le tri », explique le directeur général adjoint de Paprec Group. Ce process opéré à travers des machines et des tapis de tri, permet de valoriser la quasi-totalité des déchets issus de la collecte sélective, afin de les remettre dans les circuits de production. « Les matières issues du recyclage sont les nouvelles matières premières du XXième siècle », estime Jean-Luc Petithuguenin, président de Paprec Group. Et même si la réduction de la production de déchets reste l’objectif ultime des défenseurs de l’environnement, la matière première recyclée semble une source inépuisable. A Chassieu, l’usine Paprec est ainsi déjà pratiquement saturée. « Nous avons installé cette usine d’abord pour traiter les déchets issus de la collecte de l’agglomération de Lyon, car nous avons gagné l’appel d’offres de la métropole. Nous traiterons aussi sur ce site des déchets en provenance de collectivités de l’Ain, du Rhône, de l’Isère et de la Loire », indique Stéphane Leterrier. Ainsi, chaque année, plus de 40 000 tonnes de déchets issus de la métropole de Lyon seront traités à Chassieu. En ajoutant ceux des collectivités voisines, le site retraitera environ 53 000 tonnes de déchets dès les prochains mois. Et en 2020, il assurera le tri de déchets venus du bassin de Clermont-Ferrand, le temps que l’usine locale soit modernisée. Au final, l’an prochain 70 000 tonnes de déchets devraient transiter par Chassieu pour être triés avant d’être remis dans les circuits de production. La capacité de tri du site sera alors à son apogée.

Derichebourg 2,7 milliards d’euros de CA

17 décembre 2019

Le groupe Derichebourg annonce un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros pour l’exercice 2018-2019.
Derichebourg annonce pour l’exercice 2018-2019, un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros, « en diminution de 7,4% par rapport à l’exercice précédent », peut-on lire dans un communiqué de presse. Dans le détail, l’activité Services à l’environnement, « qui subit le contexte géopolitique » est en recul de 12,7% et s’établit à 1.846,7 milliards d’euros et l’activité multiservices progresse de 6,9% pour atteindre 857,6 millions d’euros.
Le groupe Derichebourg précise que « depuis les décisions de l’administration Trump mi-2018 d’imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium, les mesures tarifaires de rétorsion chinoises quelques semaines plus tard sur les importations de métaux non-ferreux en provenance des Etats-Unis et la Turquie à l’été 2018, les conditions économiques dans lesquelles opère l’activité Recyclage du groupe se sont progressivement dégradées ».

L’avenir s’éclaircit pour Ascoval Saint-Saulve

30 novembre 2019

L’aciérie Ascoval de Saint-Saulve, dans le Nord, a reçu une commande de l’usine British Steel d’Hayange, en Moselle. Une livraison pour SNCF Réseau qui éclaircit (UN PEU) l’avenir du site, six mois après la reprise par Olympus, a-t-on appris de source proche de l’entreprise. Cette commande, effective à partir de septembre 2020 et qui était attendue, porte sur la fourniture de 140.000 tonnes par an, pendant 4 ans, de blooms, des barres d’acier de section carrée, qui serviront à la fabrication de rails pour SNCF Réseau.

Ascoval histoire sans fin

19 juillet 2019

Nouvel épisode ce vendredi à Strasbourg dans le dossier Ascoval (aciéries de Saint-Saulve). La tribunal va, à nouveau, examiner le plan de reprise de l’aciérie alors que le groupe British Steel est lui-même dans la tourmente au Royaume-Uni. Les salariés, «fatigués», demeurent toujours dans le flou.
D’autre part, Le groupe Altifort, premier repreneur d’Ascoval avant de se retirer par manque des capitaux annoncés, a été placé en redressement judiciaire le 9 juillet. 1500 emplois sont donc menacés. Le scénario sans fin tourne donc à la catastrophe industrielle, financière, sociale et aussi politique.

Suivant »