Archive for the 'Industrie' Category

Ascoval histoire sans fin

19 juillet 2019

Nouvel épisode ce vendredi à Strasbourg dans le dossier Ascoval (aciéries de Saint-Saulve). La tribunal va, à nouveau, examiner le plan de reprise de l’aciérie alors que le groupe British Steel est lui-même dans la tourmente au Royaume-Uni. Les salariés, «fatigués», demeurent toujours dans le flou.
D’autre part, Le groupe Altifort, premier repreneur d’Ascoval avant de se retirer par manque des capitaux annoncés, a été placé en redressement judiciaire le 9 juillet. 1500 emplois sont donc menacés. Le scénario sans fin tourne donc à la catastrophe industrielle, financière, sociale et aussi politique.

Fermeture du Laminoir à Leffrinckouke (59)

2 juillet 2019

Après l’aciérie électrique en 2017, c’est son laminoir qui va fermer sur le site d’ Ascoval Leffrinckouke (59). En avril 2020, il ne restera donc que l’unité de traitement thermique et celle de parachèvement de cette usine de production d’aciers spéciaux. Ce n’est pas une surprise puisque le groupe Schmolz & Bickenbach l’avait officiellement annoncé lors de sa reprise en Janvier 2018. Après les 140 départs survenus à l’arrêt de l’aciérie, c’est donc une nouvelle vague de 50 à 60 personnes qui va arriver d’ici le 1er novembre. À court terme, le site ne devrait employer que 250 salariés.

Histoire sans fin pour Ascoval Saint-Saulve

19 juin 2019

Nouvel épisode pour l’aciérie Ascoval Saint-Saulve: ce lundi, la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg a convoqué Ascoval et son repreneur pour le vendredi 21 juin. Les magistrats s’interrogent sur la situation du groupe Britsh Steel. « La société Olympus Steel Limited a été convoquée pour être entendue sur la situation du groupe Britsh Steel et les modalités qu’ils envisagent pour exécuter le plan de cession » d’Ascoval. A suivre …

Derichebourg inaugure Bassens

12 juin 2019

Le nouveau centre de recyclage Derichebourg Environnement a été inauguré à Bassens, près de Bordeaux en Gironde. Equipée d’un broyeur, d’une unité de valorisation des réfrigérateurs, d’une cisaille pour préparer les ferrailles lourdes et d’un quai de chargement dédié au transport fluviomaritime des matières recyclées, cette nouvelle plateforme comptera jusqu’à 64 salariés en pleine activité. Le broyeur sera capable de traiter 120.000 tonnes/an, la cisaille jusqu’à 60.000 tonnes/an et la ligne de recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) sera en mesure de recycler 15.000 tonnes/an. Ces nouveaux outils sont équipés des dernières technologies de tri. Derichebourg Environnement a investi 41 millions d’euros sur ce site qui sera le premier en France à pouvoir traiter les ballons d’eau chaude et le troisième du groupe à recycler les réfrigérateurs.

(* Derichebourg Environnement compte, à ce jour, 11 sites de recyclage de D3E dans l’hexagone.)

Nouvelle crainte sur Ascoval

15 mai 2019

Incroyable… 💥 Le groupe britannique 🇬🇧 de sidérurgie British Steel, désigné repreneur de l’aciérie Ascoval 🇫🇷 à Saint-Saulve, près de Valenciennes (Nord), annonce mener des discussions afin d’obtenir un soutien financier pour affronter des difficultés qu’il met sur le compte du Brexit.Le gouvernement britannique a lancé des préparatifs en vue d’une possible faillite du groupe de sidérurgie British Steel qui cherche à lever des fonds au plus vite, révèle mardi la chaîne d’information Sky News.

L’acièrie d’Ascoval Saint-Saulve reprise par British Stell

2 mai 2019

La chambre commerciale  « arrête le plan de cession d’ Ascoval à la société Olympus Steel Ltd », maison-mère de British Steel, a indiqué le greffe du TGI de Strasbourg. La prise d’effet de cette cession a été fixée au « 15 mai 2019 à minuit » . Créée en 1975 par Vallourec et devenue Ascoval en 2017, cette aciérie fabriquant des aciers spéciaux attendait un repreneur depuis la liquidation judiciaire en février 2018 du groupe Asco Industries, auquel le sidérurgiste Vallourec avait cédé 60 % de l’usine, tout en conservant 40 % des engagements de commandes. Enfin le terme d’un long combat pour les 279  salariés de l’entreprise.

Aciérie Ascoval Saint-Saulve: British Steel ou la fin!

24 avril 2019

Selon l’AFP, le groupe British Steel est désormais seul en lice pour la reprise de l’aciérie Ascoval de Saint-Saulve. Le délibéré du Tribunal de Strasbourg sera rendu le 2 mai: Ultime étape de ce dossier sans fin !

Ascoval interminable feuilleton

27 mars 2019

Une nouvelle fois, le tribunal de grande instance de Strasbourg a décidé ce matin d’un nouveau délai dans le dossier Ascoval Saint-Saulve. Il faudra attendre le 24 avril, pour étudier (et décider?) les nouvelles offres déposées. « L’audience a duré dix minutes, relate Bruno Kopzcynski, porte-parole de l’intersyndicale, à la sortie du tribunal.» Le journal « Le Monde » indique que plusieurs entreprises ont montré leur intérêt pour la reprise d’Ascoval : trois offres formelles (British Steel, Calvi Networks et Franck Supplisson, ancien patron d’Ascometal) et deux marques d’intérêt dont celle présentée par le chef d’entreprise valenciennois Pascal Cochez.

Ascoval en sursis

27 février 2019

La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg vient d’accorder un mois de délai à Ascoval Saint-Saulve (aciérie). Le temps de trouver un éventuel repreneur en remplacement d’Altifort, défaillant . La trésorerie permet de tenir tout le mois de mars. L’aciérie est plus que jamais en sursis et tourne au ralenti avec seulement une trentaine de personnes…

Paprec rachète TER

8 janvier 2019

Nouvelle acquisition pour Paprec! Le spécialiste français de la gestion des déchets vient de racheter Tri Environnement Recyclage (TER). L’entreprise appartenait à Marcel Solarz, un des précurseurs français en matière de récupération, qui avait créé CDI acheté par Paprec en 2010 puis TER.

« Né en 1936, l’entrepreneur encore actif souhaitait passer la main à un groupe spécialiste du recyclage avec les capacités de conserver ses équipes et continuer le développement de l’entreprise qu’il a créée », souligne Jean-Luc Petithuguenin, Président-Fondateur de Paprec Group.paprec_idf_sud_villeneuve_le_roi_vue_aerienne_paprec_idf_sud_171853370 Comptant  actuellement 90 personnes, le site est basé à Athis-Mons dans l’Essonne. Dédié aux clients industriels, il collecte chaque année 220 000 tonnes de déchets divers (notamment papier et déchets industriels banals), pour un chiffre d’affaires de 32 millions d’euros. « Le choix de Marcel Solarz de vendre à Paprec  est le signe de l’expertise de ce groupe et de la confiance qu’il fait en notre professionnalisme pour poursuivre le développement de l’affaire qu’il a créée », commente Luc Geffrault, nommé Directeur général de TER. « Je compte continuer de m’appuyer sur les expertises des équipes de TER et plus particulièrement de celle de Marylise Boutoille qui continuera sa mission de directrice de TER », poursuit le directeur général.  « A plus de 82 ans, des soucis de santé m’incitent à passer la main pour cette entreprise dans laquelle j’ai mis le meilleur de moi-même. J’ai participé à développer la récupération en France depuis les années 50. C’est un parcours incroyable de plus de 60 ans dans cette profession ! Désormais, je confie la destinée de mon entreprise à celui qui a fait passer nos métiers de la récupération au recyclage avec une vraie volonté d’industrialisation et d’innovation. Avec la montée des investissements, la concentration de nos métiers est inévitable et même inéluctable », déclare Marcel Solarz.

A propos de Paprec: Le groupe a été fondé et est dirigé depuis sa création par Jean-Luc Petithuguenin. Avec l’acquisition de Coved, réalisée en avril 2017, le leader français du recyclage s’impose désormais comme le spécialiste de la gestion globale des déchets. Il est passé en 25 ans de 45 à 8500 collaborateurs et collaboratrices répartis sur plus de 200 sites en France et en Suisse. Son chiffre d’affaires atteint 1,5 milliard d’euros.002c6be9488161795129ed657b06927d_L
Présent sur l’ensemble des filières existantes, le groupe est N°1 du recyclage des plastiques, du papier, du carton, des déchets du bâtiment ainsi que du tri de la collecte sélective des ménages. Il est N°2 du recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques, N°3 pour les déchets verts, le bois, la biomasse et les déchets industriels banals.
Paprec Group est connu et reconnu depuis sa création pour son engagement en faveur de la diversité, de la laïcité et de la lutte contre toutes les formes de discriminations dans l’entreprise. Paprec Group a ainsi reçu en octobre 2016 le trophée global Axa des entreprises responsables. Jean-Luc Petithuguenin a par ailleurs remporté en Novembre 2016 le prix de l’Entrepreneur de l’année décerné lors des BFM Business Awards.

Suivant »