France Recyclage News

A chinese lion statue

Avec l’accroissement constant de la demande intérieure de la Chine et de l’Inde, le secteur des matières secondaires est devenu un segment crucial, aux enjeux économiqueset environnementaux vitaux pour des pans entiers de notre industrie. Le monde change de centre de gravité ! Dans un contexte politique et économique qui ne s’annonce guère favorable, il faut rester attentif aux évolutions de l’Asie. Le moindre événement géopolitique, et même météorologique, provoque une variation des prix, des coûts de production d’une ampleur jamais vue dans le passé. Le secteur du recyclage a bien sûr les yeux rivés sur ce nouvel horizon qui dicte ses lois aux marchés.

Dans ce contexte, l’individualisme est synonyme de défense de son pré-carré. Il engendre agressivité et solitude. L’entreprise peut en payer le prix ! La société autocentrée, amoureuse de ses procédés, de ses techniques, de son esprit « maison », de son glorieux passé et de ses certitudes, n’a plus une once de chance de survie. Au cœur d’une bataille mondiale, dans laquelle les consommateurs ont dorénavant l’embarras du choix, face à une offre multipliée, ce n’est plus le chef d’entreprise qui dirige, mais son client. Face à cette complexité, dorénavant : « la modestie est révolutionnaire ! »

Jean-Paul DELBERT

 

Les frontières se ferment pour les déchets

14 avril 2019

Après la Chine et la Malaisie, l’Inde vient d’interdire l’importation de déchets plastique. La Thaïlande les interdira en 2020 et le Vietnam en 2025. Les volumes entrants de déchets ont augmenté considérablement dans ces pays depuis la fermeture des frontières chinoises aux déchets non triés en 2017. Et aucun d’entre eux ne dispose de capacités suffisantes de recyclage pour faire face à cet afflux massif.

Ascoval interminable feuilleton

27 mars 2019

Une nouvelle fois, le tribunal de grande instance de Strasbourg a décidé ce matin d’un nouveau délai dans le dossier Ascoval Saint-Saulve. Il faudra attendre le 24 avril, pour étudier (et décider?) les nouvelles offres déposées. « L’audience a duré dix minutes, relate Bruno Kopzcynski, porte-parole de l’intersyndicale, à la sortie du tribunal.» Le journal « Le Monde » indique que plusieurs entreprises ont montré leur intérêt pour la reprise d’Ascoval : trois offres formelles (British Steel, Calvi Networks et Franck Supplisson, ancien patron d’Ascometal) et deux marques d’intérêt dont celle présentée par le chef d’entreprise valenciennois Pascal Cochez.

Ascoval en sursis

27 février 2019

La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg vient d’accorder un mois de délai à Ascoval Saint-Saulve (aciérie). Le temps de trouver un éventuel repreneur en remplacement d’Altifort, défaillant . La trésorerie permet de tenir tout le mois de mars. L’aciérie est plus que jamais en sursis et tourne au ralenti avec seulement une trentaine de personnes…

DERICHEBOURG : cession en Italie

5 février 2019

(AOF) – Derichebourg a signé avec la société Iren Ambiente le contrat  de  cession de ses activités de collecte de déchets ménagers, de nettoiement urbain, et de traitement de déchets en Italie, réalisées au travers les sociétés San Germano et CMT.320056_derichebourg-collecte-plus-propre-pour-s-implanter-a-montreal-web-tete-0301485468096

La concrétisation de cette transaction était soumise à la réalisation de plusieurs conditions suspensives. C’est effectif depuis la semaine dernière. San Germano est acteur privé de premier plan au service des collectivités publiques pour la collecte des déchets ménagers et le nettoiement urbain dans les régions du Piémont, de la Lombardie, et de la Sardaigne, grâce à un réseau d’une vingtaine d’agences. CMT assure la collecte et le traitement de papiers, cartons, plastiques, sur six sites situés dans le Piémont et en Sardaigne. Pour le groupe Derichebourg, ces activités ont contribué à hauteur de 74 millions au chiffre d’affaires consolidé de l’exercice précédent (2,7% du chiffre d’affaires total). Elles emploient environ 900 salariés. Cette cession s’inscrit dans le cadre du recentrage du groupe sur son coeur de métier, de la recherche de l’amélioration de la rentabilité des capitaux employés par le groupe, et de la réduction du périmètre de ses activités en Italie. A terme ne devrait y subsister que l’activité de recyclage de déchets métalliques. Cette cession, qui se traduira par un impact comptable négatif d’une dizaine de millions d’euros environ, contribuera à réduire encore l’endettement du groupe.

FRN N°109 – JANVIER 2019

4 février 2019

FRN N°109- JANVIER 2019

FRN N°109

Paprec rachète TER

8 janvier 2019

Nouvelle acquisition pour Paprec! Le spécialiste français de la gestion des déchets vient de racheter Tri Environnement Recyclage (TER). L’entreprise appartenait à Marcel Solarz, un des précurseurs français en matière de récupération, qui avait créé CDI acheté par Paprec en 2010 puis TER.

« Né en 1936, l’entrepreneur encore actif souhaitait passer la main à un groupe spécialiste du recyclage avec les capacités de conserver ses équipes et continuer le développement de l’entreprise qu’il a créée », souligne Jean-Luc Petithuguenin, Président-Fondateur de Paprec Group.paprec_idf_sud_villeneuve_le_roi_vue_aerienne_paprec_idf_sud_171853370 Comptant  actuellement 90 personnes, le site est basé à Athis-Mons dans l’Essonne. Dédié aux clients industriels, il collecte chaque année 220 000 tonnes de déchets divers (notamment papier et déchets industriels banals), pour un chiffre d’affaires de 32 millions d’euros. « Le choix de Marcel Solarz de vendre à Paprec  est le signe de l’expertise de ce groupe et de la confiance qu’il fait en notre professionnalisme pour poursuivre le développement de l’affaire qu’il a créée », commente Luc Geffrault, nommé Directeur général de TER. « Je compte continuer de m’appuyer sur les expertises des équipes de TER et plus particulièrement de celle de Marylise Boutoille qui continuera sa mission de directrice de TER », poursuit le directeur général.  « A plus de 82 ans, des soucis de santé m’incitent à passer la main pour cette entreprise dans laquelle j’ai mis le meilleur de moi-même. J’ai participé à développer la récupération en France depuis les années 50. C’est un parcours incroyable de plus de 60 ans dans cette profession ! Désormais, je confie la destinée de mon entreprise à celui qui a fait passer nos métiers de la récupération au recyclage avec une vraie volonté d’industrialisation et d’innovation. Avec la montée des investissements, la concentration de nos métiers est inévitable et même inéluctable », déclare Marcel Solarz.

A propos de Paprec: Le groupe a été fondé et est dirigé depuis sa création par Jean-Luc Petithuguenin. Avec l’acquisition de Coved, réalisée en avril 2017, le leader français du recyclage s’impose désormais comme le spécialiste de la gestion globale des déchets. Il est passé en 25 ans de 45 à 8500 collaborateurs et collaboratrices répartis sur plus de 200 sites en France et en Suisse. Son chiffre d’affaires atteint 1,5 milliard d’euros.002c6be9488161795129ed657b06927d_L
Présent sur l’ensemble des filières existantes, le groupe est N°1 du recyclage des plastiques, du papier, du carton, des déchets du bâtiment ainsi que du tri de la collecte sélective des ménages. Il est N°2 du recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques, N°3 pour les déchets verts, le bois, la biomasse et les déchets industriels banals.
Paprec Group est connu et reconnu depuis sa création pour son engagement en faveur de la diversité, de la laïcité et de la lutte contre toutes les formes de discriminations dans l’entreprise. Paprec Group a ainsi reçu en octobre 2016 le trophée global Axa des entreprises responsables. Jean-Luc Petithuguenin a par ailleurs remporté en Novembre 2016 le prix de l’Entrepreneur de l’année décerné lors des BFM Business Awards.

Nouvel incendie chez Galloo à Marquette-lez-Lille

7 janvier 2019

Un impressionnant incendie s’est décl49680325_2128816450527336_7936327224808964096_nenché ce samedi matin à Marquette lez Lille (59) sur le site du groupe belge Galloo, société de recyclage et broyage d’automobiles et ferrailles. Plusieurs casernes de pompiers ont été mobilisées, pour éteindre un feu dans un stock de marchandises dont les épaisses fumées noires ont été visibles depuis l’ensemble des communes du Nord-Ouest de la Métropole. À notre confrère du quotidien « La Voix du Nord », le maire de la ville , Jean Delebarre a déclaré : « Cette entreprise n’a plus rien à faire en centre-ville! »…

Le marché automobile français en hausse de 3% en 2018

2 janvier 2019

Avec 165 390 voitures neuves immatriculées en décembre 2018, le marché automobiles français a diminué de 14,5 % à nombre de jours ouvrés identique (20jours). Sur douze mois, les ventes de voitures neuves ont atteint 2 173 481 unités, en hausse de 3 % en données brutes et de 2,6 % à nombre de jours ouvrés comparable (252 jours en 2018, contre 251 en 2017).6893772_voitures-neuves-ok_1000x625
Avec 206 119 immatriculations de véhicules légers en décembre, le marché automobile français a reculé de 11,5 % à nombre de jours ouvrés identique. Il s’est établi à 2 632 607 unités sur l’ensemble de l’année, en progression de 3,3 % en données brutes et de 2,9 % à nombre de jours ouvrés comparable. Les ventes de véhicules industriels ont de leur côté enregistré une hausse de 0,8 % en décembre, à4 367 unités, et de 7,7 % sur l’ensemble de l’année, à 54 298 unités. Le marché des voitures d’occasion est par ailleurs estimé à 404 012 unités en décembre, en baisse de 0,8 %, et à 5 632 358 unités sur l’ensemble de l’année, en recul de 0,8 % également. Les ventes de voitures des marques françaises ont augmenté de 8,3 % l’an dernier (+ 6,2 % pour Citroën, à 213 844 unités ; + 12,6 % pour DS, à 24 004 unités ; + 6,2 % pour Peugeot, à 389 518unités ; 71 619 unités pour Opel ; – 2,5 % pour Renault, à 406 222 unités ; + 19,1 % pour Dacia, à 140 326 unités ; 1 156 unités pour Alpine). Par groupes, PSA a enregistré une hausse de 13,4 % (à 698 985 unités), tandis que Renault a progressé de 2,5 % (à 547 704 unités). Les ventes des constructeurs étrangers ont en revanche diminué de 3,4 % en 2018, à 926 566 unités (- 1,1 % pour le groupe Volkswagen, à 259 268 unités ; + 9,9 % pour le groupe Toyota, à 103387 unités ; + 12,7 % pour FCA, à 100 626 unités ; – 3,2 % pour BMW, à 84 931 unités ; – 2,1 %pour le groupe Ford, à 82 633 unités ; + 16,5 % pour le groupe Hyundai, à 77 855 unités ; – 3,8 %pour le groupe Daimler, à 73 254 unités ; – 17,6 % pour le groupe Nissan, à 60 551 unités ; + 13,1% pour Volvo Cars, à 18 349 unités). L’année écoulée a confirmé le déclin du diesel.
Le CCFA estime que les véhicules roulant au gazole représenteraient moins de 40 % des immatriculations en 2018, contre encore 47,3 % en2017. Cette désaffection n’a toutefois profité que modérément aux voitures électriques ou hybrides, dont les ventes ont augmenté de 6 % en 2018. « Cela reste encore faible, mais l’offre va réellement arriver sur le marché en 2019 et 2020 », a indiqué à l’AFP François Roudier, porte-parole du CCFA. Au 1er janvier, le gouvernement a mis en application le doublement à 4 000 euros de la prime à la conversion pour les ménages non imposables qui se débarrasseront d’un vieux véhicule à essenceou diesel, à condition d’habiter à plus de 30 kilomètres de son lieu de travail. « Avec les dernières normes, les véhicules diesel et à essence sont aujourd’hui au même niveau d’émission de particules, mais cela renchérit le coût des diesel, qui sortent ainsi de l’entrée de gamme », a expliqué M. Roudier. « On est en train de voir réduire le diesel au moment même où il n’y a plus de problématique et au moment même où les véhicules à essence vont avoir la même problématique » d’émission de particules, a pour sa part déclaré Fabrice Godefroy, président de l’Association Les Diésélistes de France 2019, le 31 décembre au micro d’Europe 1.

Bonne année 2019

28 décembre 2018

IMG_0318

  • Non classé
  • Commentaires fermés sur Bonne année 2019

FRN N° 108 Décembre 2018

Entrées âgées »